Accueil Bienvenue sur le site du Collectif 51 de sauvegarde de la Sécurité Sociale La Sécu en danger
 

Sanofi-Aventis joue les "mère Thérésa"

Oui c’est possible ! Mais pas pour tout le monde ! Faut pas exagérer non plus !
lundi 18 avril 2005.


Sanofi-Aventis réduit les prix des médicaments pour les pays pauvres.

Le PDG de Sanofi-Aventis, 3ème groupe pharmaceutique mondial, a annoncé, vendredi à Lyon, que son groupe s’était engagé à réduire les prix de certains médicaments et vaccins pour les populations démunies dans les pays pauvres.

"80 % de la population mondiale n’a pas un accès normal aux médicaments" a déclaré J.F. Dehecq, lors de la séance de clôture du Forum mondial des sciences de la vie Biovision." Donner une réponse en médicaments aux pays du sud, c’est un vrai challenge " a-t-il ajouté.

Il a indiqué que son groupe allait mettre à la dispostion des populations, des produits contre le paludisme, la leishmaniose, la maladie du sommeil, la tuberculose et l’épilepsie, ainsi que des vaccins à des prix réduits.

Dans certains pays, "il y a des gens qui peuvent payer, il faut qu’ils continuent", a poursuivi M. Dehecq, mais des prix " différenciés " seront appliqués aux populations les plus pauvres, identifiées notamment par les pharmaciens.

Le prix des antipaludiques, par exemple, sera réduit pour ces populations entre 70 et 85 %, a-t-il précisé.

Pour la maladie du sommeil, qui menace 60 millions de personne en Afrique subsaharienne,le produit sea fourni gratuitement, avec le soutien de l’OMS, et distribué par Médecins Sans Frontières, a ajouté M. Dehecq.

Ces mesures coûteront "des dizaines de millions d’€ à Sanofi-Aventis, a-t-il précisé à l’AFP. ( AFP, le 15 avril 2005 .)

-  Il est bon de rappeler que le Brésil vient de prendre la tête de la fabrication des génériques pour les maladies en question, entre autres, (et que l’Inde a abandonnée récemment sous la pression des USA). Donc, l’industrie pharmaceutique va devoir adapter sa politique commerciale pour que les marchés d’Afrique et d’Asie ne lui passent pas sous le nez !

-  Il est intéressant de noter également, que le PDG de Sanofi-Aventis, trouve encore, dans les " 80 % de la population mondiale qui n’a pas un accès normal aux médicaments ", des malades "moins pauvres que les plus pauvres" qui doivent continuer à payer !

D’ailleurs, c’est tout juste s’il ne nous demande pas de pleurer avec lui sur les dizaines de millions d’€ que cela va coûter à Sanofi-Aventis, plutôt que sur 14 millions de morts que font ces maladies, chaque année (selon l’OMS) !



Forum de l'article