Accueil Bienvenue sur le site du Collectif 51 de sauvegarde de la Sécurité Sociale La Sécu en danger
 

Et on nous dit que l’Espagne a progressé en adhérant à l’Union Européenne ... !

Est-ce cela le progrès ?
samedi 28 mai 2005.


Espagne.

Quinze organisations professionnelles impliquées dans la médecine ambulatoire, et notamment les centres de santé d’"assistance primaire" (atencion primaria AP), se sont réunies pour la première fois en vingt ans.

Parmi elles, figuraient des associations de médecins généralistes, des pédiatres, de médecine rurale, etc. Cette rencontre a débouché sur la publication d’un texte, véritable appel aux pouvoirs publics pour un changement profond de la filière de soins dans le système public. Ce texte dit " compromis de Buitrago ", demande :

-  Une augmentation du budget de l’Assistance Primaire, qui n’a pas évolué depuis vintgt ans.
-  Une augmentation des effectifs de médecins et une amélioration de leurs conditions de travail. A l’heure actuelle, les diplômés fuient la fillière AP, et 15 % des médecins qui exercent dans les soins ambulatoires au Portugal viennent d’Espagne, en raison de cet évitement. Un médecin espagnol travaillant dans l’AP gagne net 10 € par heure et consacre 4 minutes à chaque patient. En Suède, il gagne le double et consacre 20 minutes à son patient. En outre 40% des médecins de l’AP sont contractuels et vivent parfois depuis 10 ans au rythme de contrats de six mois.
-  Un plus grand pouvoir de décision. Le personnel médical des centres de santé ne décide ni des horaires, ni du nombre de patients, ni de l’organisation.

Les médecins revendiquent une gestion basée sur des critères cliniques et non politiques et bureaucratiques. ( El Mondo, le 21 avril 2005 .)



Forum de l'article