Accueil Bienvenue sur le site du Collectif 51 de sauvegarde de la Sécurité Sociale C’est pas normal !
 

LES MEDICAMENTS SANS ORDONNANCE DEVRAIENT ÊTRE EN ACCES LIBRE AVANT LE 1ER JUILLET !

jeudi 17 janvier 2008.


Philippe Gaertner, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF, 13 000 adhérents pour 22 000 pharmacies), a pris acte, mercredi 16 janvier, de la volonté du gouvernement de faire passer "le plus vite possible devant les comptoirs de nos officines les médicaments d’automédication". Le libre accès des patients aux médicaments sans ordonnance devrait devenir effectif avant le 1er juillet.

Auparavant, le Conseil de l’ordre des pharmaciens devra réécrire une partie de son code de déontologie ; et les industriels devront adopter les règles fixées par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) : posologie adaptée, notice adaptée, publicité réglementée, etc.D’autres problèmes restent à régler, comme celui des médicaments à même composition moléculaire dont l’un plus cher serait en libre accès et l’autre, moins cher et soumis à prescription, resterait derrière le comptoir. Concernant l’aménagement des officines, les produits en libre accès ne devront pas être mélangés aux bonbons ou à la parapharmacie, mais être identifiés comme des médicaments.

Ces médicaments sans ordonnance pouvant être vendus directement par les laboratoires aux pharmaciens, la FSPF réclame que les grossistes-répartiteurs puissent créer des centrales d’achat capables de négocier des commandes groupées. Le "pharmacien artisan" bénéficiera ainsi des mêmes tarifs que le pharmacien membre d’un réseau.

La FSPF se félicite aussi de la position adoptée fin décembre par Roselyne Bachelot, ministre de la santé, sur le maintien du monopole des pharmaciens sur la vente de médicaments. Elle a alors expliqué dans une lettre à Jacques Attali, président de la Commission pour la libération de la croissance, que le gouvernement estimait que la suppression de ce monopole ne serait pas automatiquement un facteur de croissance.

Mardi, Mme Bachelot a conforté encore les pharmaciens d’officine en affirmant sur RMC Info que les médicaments sans prescription ne sauraient être vendus librement en grande surface. Elle ne s’est pas prononcée sur l’autorisation donnée aux grandes surfaces d’ouvrir des officines avec des pharmaciens dans les supermarchés.



Forum de l'article