Accueil Bienvenue sur le site du Collectif 51 de sauvegarde de la Sécurité Sociale Nouvelles de l’etranger
 

Regard sur le "rêve américain".

Et en effet, ça laisse rêveur !
lundi 7 février 2005.


ETATS-UNIS.

Si les fusions ont permis aux hôpitaux et aux assureurs de limiter leurs coûts et d’accroître leur rentabilité, les patients, en revanche pâtissent de la réduction du nombre d’hôpitaux et d’assureurs. Tel est le résultat de deux études universitaires publiées dans la dernière édition du journal des Health Affairs.

Selon la première étude dirigée par l’économiste James C. Robinson de l’Université californienne de Berkeley, les trois grandes compagnies américaines d’assurance maladie contrôlent dans 14 Etats, les 2/3 du marché, (92% du marché dans le Maryland et 98 % en Virginie du Nord).

La concurrence, autrefois assurée par ma présence de grands assureurs régionaux, disparaît à mesure que les grands groupes nationaux absorbent les assureurs régionaux, (à titre d’exemple, la UnitedHealth a récemment absorbé les assureurs MAMSI et Oxford ). La clientèle n’a, par conséquent, plus d’alternative et les fusions entraînent une augmentation des primes.

La seconde étude ménée par Alison Evans Cuellar, de l’Université de Colombia et par Paul Gertier de l’Université de Berkeley, s’est intéressée aux conséquences des fusions des hôpitaux. Le nombre de fusions s’est élevé à 310 dans les années 90 puis à 101 en 2002. Les chercheurs ont analysé les données de près de 300 hôpitaux (Arizona, Floride, Massachusetts, Wisconsi). Le prix des soins et le coût pour les patients auraient augmentés de 4,7 à 7,7 % sans amélioration de la qualité des soins.
-  ( Washingtonpost, le 12/01/2005 )

...Selon un rapport publié par les Centres for Médicare et Médicaid Services , les dépenses américaines de santé ont légèrement diminué grâce à la mise en place de politiques limitant l’accès aux programmes fédéraux de couverture maladie. En 2003, les dépenses de santé ont connu une croissance de 7,7 % contre 9,3 % en 2002.

34 Etats ont durci les conditions d’éligibilité au programme fédéral Médicaid (programme d’assistance médicale pour les personnes à faibles revenus).

Les dépenses Médicaid pour l’ensemble du territoire américain sont ainsi passées de + 12,1 % en 2002 à + 7,1 % en 2003. Il s’agit de la première baisse du programme fédéral depuis 1997. L’administration Bush encourage la poursuite de ces mesures de restriction. Les dépenses Médicaid représentent 16 % (soit 267 milliards de dollars) de l’ensemble des dépenses de santé.

( San Francisco le 11/01/2005 )



Forum de l'article