Archives pour la catégorie «Mon petit bric à brac intello»

Pour une culture de la gratuité

Pour en finir avec l’aliénation capitaliste.
Bravo à Paul Aries pour cette excellente intervention.


Ateliers de la planification écologique: Paul Ariès
envoyé par La-Tele-de-Gauche77. – L’actualité du moment en vidéo.

Les nombres sont partout…

Galilée disait «Le soleil, avec toutes ces planètes qui gravitent sous sa gouverne, prend encore le temps de mûrir une grappe de raisin, comme s’il n’y avait rien de plus important.», pour quelle raison ? peut être parce que le soleil comme la grappe de raison font partie d’un tout auquel ils obéissent tout deux et qui à pour unique langage, le langage des nombres.
La beauté des nombres c’est ce qui rend cette vie désirable, si les nombres perdaient leur magie assurément notre monde cesserait d’être désirable.
Ecoutez la musique de l’univers, inspirez vous de sa mélodie et vibrez devant l’indicible.

 
icon for podpress  Flash Video: Play Now | Play in Popup

L’intelligence du barbare par Maurice Rajfus

Vous croisez peut être tous les matins un barbare, sans le savoir, vous lui confiez peut-être même vos enfants, il est là, à vos côtés, dans l’ascenseur, vous parlant sans cesse de tout et de rien, il vous scrute, vous épie sous toutes les coutures.
Vous vous dites « Mais qu’est ce qu’il me veut ce con ? » mais vous le laissez parler car vous ne vous êtes jamais douté de sa véritable nature, cachée, secrète.
Le barbare est le compagnons de nos cauchemards, il a toujours été là, parmis nous, guettant la moindre occasion pour laisser sa trace sanglantes dans L’Histoire  ou plus simplement dans nos mémoires attristées.
Il est notre tristesse,  notre désenchantement, notre peur est sa récompense.
Mais oui, souvenez-vous, vous l’avez déjà croisé : le petits chefaillons du matin, à l’entrée de l’usine, toujours à l’heure, lui ! Le flic ordinaire, à la méchanceté ordinaire qui ne demande qu’a se transformer en gardien de camp ou en bourreau, le voisin médiocre qui vous sourit tous les jours, il est si serviable, le genre à insister pour porter vos commissions mais qui vous dénoncera aux bourreaux le moment venu, quand il vous saura traqué ou menacé.
Vous le trouvez lourd, parfois amusant mais vos enfants ne l’aiment pas et vous n’avez jamais compris pourquoi.
Le barbare c’est un peu un concentré de l’ordure humaine, un être abject mais parfois intelligent.
Cette brute nous a marqué, enfant, à l’époque on l’appelait la terreur des cours de récré, c’était lui, déjà…mais le voilà homme, éduqué, civilisé, il a su revêtir le masque de la furtivité, l’habit du moine, devenir enfin respectable, drapé de l’éloquence du politicien, vous l’écoutez… comme il est fascinant, mais oui c’est ça ! il a raison… tous ces étrangers, tous ces impôts et qui pense à moi ? hein ! Lui, il y pense au moins, il ne pense qu’à ça d’ailleurs, vous pouvez compter sur lui, il sera là le moment venu…

Le barbare moderne pourrait être comparé à ce mafieux qui a changé de manières mais sans modifier ses habitudes. Le petit prédateur a pris de la hauteur. Il s’est investi en politique. Habitué à traiter avec férocité ceux qui, jadis, se risquaient à résister, notre barbare contemporain ne peut toujours pas se départir de cette brutalité qui fait partie de sa nature profonde. Tout naturellement, le barbare a fait des émules. On les trouve sur tous les chemins de traverse. Ils se manifestent sur le lieu de travail, estimant que l’exploitation consentie est bien plus efficace que la simple résignation enseignée par les Eglises. Le Barbare est à nos portes. Il ne cesse de nous surveiller. Notre voisin est peut-être l’un de ces mercenaires qui n’a rien à refuser à la police…

Ecoutez cette émission de Radio Libertaire consacrée au dernier livre de Maurice Rajfus : L’intelligence du barbare.

 
icon for podpress  Standard Podcast: Play Now | Play in Popup

L’imposture capitaliste – La fin de l’histoire par B. Blavette

http://www.haqeeqat.org/ext/articles/capitalism/capitalism.gif

Voici un texte comme je les aime, éclairant, pertinent.
Cette analyse est tirée de la revue La Grande Relève, mensuel de réflexion socio-économique prônant le Distributivisme.
On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas mais qui accepte de voir l’état de nos sociétés ? Qui a encore des yeux pour voir, des oreilles pour entendre et un cerveau pour comprendre…
Quand je vois ces gens affairés, pressés, avec leur gadgets, absorbés dans leurs sms, leur télé, leur cours de gym, j’aimerais les secouer, leur arracher leur écouteurs et leur crier dans les oreilles : Réveille toi ! mais c’est interdit à ce qu’il parait, on m’enverrait en prison.
Nous ne pouvons que dire les choses en espérant qu’elles soient entendus, un jour, peut être…
Il vaut mieux dire les choses que de ne pas les dire, la parole sera toujours meilleure au silence alors lisez ce texte, et si vous le trouvez comme moi, plein de pertinence, alors visitez le site de La Grande Relève et vous y trouverez quantité de texte qu’on devrait mettre entre toutes les mains.

L’imposture capitaliste – La fin de l’histoire par B. Blavette
« Choisir entre le monde à détruire et ce thé à prendre ? Je n’hésite pas : périsse la terre pourvu que je boive toujours mon thé ! »
Féodor Dostoïevski,
Notes écrites dans un souterrain.
« Nul ne se souciera qu’il soit arbre ou oiseau De voir exterminé jusqu’au dernier des hommes Et le printemps lui-même en s’éveillant à l’aube Ne soupçonnera pas notre éternelle absence. »
Ray Bradbury,
Chroniques martiennes

La tragédie n’est pas à venir, elle est présente parmi nous. Nous ne la voyons pas, nous refusons de la voir comme les trois petits singes souvent figurés sur les temples hindous dont l’un se bouche les yeux, l’autre les oreilles et le troisième se bâillonne.

La tragédie sature nos esprits, aveugle nos sens, imprègne nos corps, dicte nos comportements. Elle est en nous, elle fait partie de nous….

Danse macabre sur le volcan…

Poursuivre la lecture de «L’imposture capitaliste – La fin de l’histoire par B. Blavette»

Francis Jeanson nous a quitté.

http://www.nationspresse.info/wp-content/uploads/2009/08/francis-jeanson-1.jpg

Je ne connaissais pas Francis Jeanson, j’ai appris sa mort en parcourant au hasard de mes périgrinations sur internet un forum nationaliste, ça m’arrive parfois quand j’ai du temps a perdre, une espèce de curiosité malsaine sans doute…
Devant le tombereau d’injures, la haine déversée sur cet homme, le nombre d’idiots se félicitant de sa mort, je me suis dit que pour attiser de tels sentiments chez ceux que je considère personnellement comme faisant partie de la lie de l’Humanité il fallait bien être un être exceptionnel, une conscience au dessus de la norme.
J’ai voulu en savoir plus sur Francis Jeanson, comprendre ce qui pouvait provoquer une telle haine.
Bon il est né en 1922, ça c’est déjà louche.
J’ai découvert qu’il avait été résistant pendant le guerre, oui, résistant, un abominable mot pour nos amis faf.
Que c’était un intellectuel, un philosophe… quoi on les pas tous fusillés ???
Qu’il avait été reporter à Alger, ami de Camus et Sartre, pas bon pour son matricule ça…
Mais vous n’avez pas tout entendu, le plus grave de tout, ce qui est insupportable, ce qui révulse nos amis les facho c’est l’engagement anti colonialiste de Francis Jeanson, mais quelle horreur !
Francis Jeanson a choisi son camp, celui de la liberté et de la justice, il a été du côté des résistants Algériens pendant la guerre d’Algérie, il les a aidé rendez-vous compte (le Réseau Jeanson)… et ça nos amis les faf ils aiment, mais alors, pas du tout, du tout, du tout…

Je cite nos amis les faf :

Le réseau était constitué d’un groupe de militants français, agissant sous ses directives pour nuire aux partisans de l’Algérie française. Leur rôle principal consistait à collecter et à transporter des fonds et des faux-papiers pour les militants du FLN opérant en France, d’où leur surnom de « porteurs de valises ». nSes activités pour la cause ennemie à l’époque le contraignirent à verser dans la clandestinité. Il publia une revue de propagande, « Vérité pour », destinée à expliquer le sens de son engagement.

Après son procès et sa condamnation par contumace, pendant l’automne 1960 — le réseau fut démantelé en février 1960 —, Jeanson poursuivit ses activités au service des ennemis de la France jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie. »

Il a eu, à son retour d’exil en 1966, une carrière d’intellectuel gauchiste bien connue des services de police avec des combats pour la psychiatrie ouverte, les Droit de l’Homme etc…
Quelle carrière ! C’est terrible hein de faire subir de telles choses à nos amis faf, vous trouvez pas ?

Une belle vie au service de l’humain.

Source Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Jeanson
Pour finir je voulais vous faire écouter le crédo de ce grand homme, écoutez :

Je m’interroge : Quel genre d’êtres humains peuvent se réjouir de la mort d’un tel homme ?

Je ne comprends pas, mais quelle importance après tout.

Reposez en paix monsieur.

Je ne connaissais pas Francis Jeanson, j’ai appris sa mort en parcourant au hasard de mes périgrinations sur internet un forum nationaliste, ça m’arrive parfois quand j’ai du temps a perdre, une espèce de curiosité malsaine sans doute…
Devant le tombereau d’injures, la haine déversée sur cet homme, le nombre d’idiots se félicitant de sa mort, je me suis dit que pour attiser de tels sentiments chez ceux que je considère personnellement comme faisant partie de la lie de l’Humanité il fallait bien être un être exceptionnel, une conscience au dessus de la norme.
J’ai voulu en savoir plus sur Francis Jeanson, comprendre ce qui pouvait provoquer une telle haine.
Bon il est né en 1922, ça c’est déjà louche.
J’ai découvert qu’il avait été résistant pendant le guerre, oui, résistant, un abominable mot pour nos amis faf.
Que c’était un intellectuel, un philosophe… quoi on les pas tous fusillés ???
Qu’il avait été reporter à Alger, ami de Camus et Sartre, pas bon pour son matricule ça…
Mais vous n’avez pas tout entendu, le plus grave de tout, ce qui est insupportable, ce qui révulse nos amis les facho c’est l’engagement anti colonialiste de Francis Jeanson, mais quelle horreur !
Francis Jeanson a choisi son camp, celui de la liberté et de la justice, il a été du côté des résistants Algériens pendant la guerre d’Algérie, il les a aidé rendez-vous compte (le Réseau Jeanson)… et ça nos amis les faf ils aiment, mais alors, pas du tout, du tout, du tout…
Il a eu à son retour d’exil en 1966 un carrière d’intellectuel gauchiste bien connue des services de police avec des combats pour la psychiatrie ouverte, les Droit de l’Homme etc…
Quelle carrière ! C’est terrible hein de faire subir de telle chose à nos amis faf, vous trouvez pas ?

Chômeurs : Laissez le travail à ceux qu’aiment ça !

225679483

La crise à du bon parfois : moins de consommation, moins de pollution et des gens qui s’arrêtent un instant pour se poser les bonnes questions.
Des questions hautement subversives du style :

  • Pourquoi accepter cette vie ?
  • Où je vais comme ça ?
  • Une autre façon de vivre est elle souhaitable ou seulement possible ?
  • Quelle place doit avoir le travail dans ma vie ?
  • Mon travail a t’il du sens ?
  • Ce travail est-il nécessaire à mon bonheur ?

Ces questions essentielles nous avons renoncé à nous les poser.
Vous n’en avez pas marre de voir tous les matins dans le bus les mêmes tronches d’enterrement ?
Personne ne veut de cette vie et pourtant nous nous accrochons à cette pauvre vie, car nous n’avons que ça, c’est du moins ce que nous croyons ou ce qu’on cherche à nous faire croire.
Pourquoi acceptons-nous de vivre ainsi ?
Nos existences sont absurdes et rares sont ceux qui peuvent se vanter d’avoir une vie qui a du sens…
Nous nous agitons comme des mouches dans un bocal, mais nous ne mesurons pas à quel point la vie qu’on nous impose est abjecte.
Tiens j’ai appris que le gouvernement souhaite proposer un service de garde d’enfant aux femmes au chômage pour les inciter à accepter des offres d’emploi, en clair ce gouvernement de merde considère que le temps qu’une femme ou un père passe avec son enfant est une perte de temps qu’il convient d’éliminer…
On va donc payer des inconnus pour s’occuper de votre enfant au lieu de vous aider à vous occuper de lui par l’octroi d’une allocation par exemple… et tout ça pour quoi ? pour vous obliger à accepter un boulot de merde sous-payé.
Le comble serait qu’une femme renonce à s’occuper de son enfant pour bosser dans une de ces crèches à s’occuper des enfants d’autres femmes obligées elles aussi à renoncer à leurs enfants pour aller bosser dans des crèches à la con…
Cette société de merde marche vraiment sur la tête !
Voici un article du Los Angeles Times sur des chômeurs qui sont très contents d’être au chômage.

Chômeurs et heureux de l’être

Perdre son emploi n’est pas toujours synonyme de tragédie. De plus en plus de jeunes Américains en profitent pour prendre du bon temps. Bienvenue dans l’ère du funemployment.
18.06.2009 | Kimi Yoshino

Michael Van Gorkom a été licencié par Yahoo ! fin avril. Il n’a pas paniqué. Il ne s’est pas précipité chez un psy. Au lieu de cela, cet homme de 33 ans, qui vit à Santa Monica, a découvert qu’être au chômage « peut avoir de bons côtés ». Tandis que des millions d’Américains cherchent désespérément un emploi pour échapper aux expulsions et à la faillite [personnelle], d’autres trouvent que la crise économique a du bon. Ces chômeurs heureux sont généralement des célibataires âgés de 20 à 40 ans. Certains ont été licenciés. D’autres ont démissionné, attirés par des plans de départ volontaire avantageux. Maintenus à flot par leurs indemnités, leurs économies, leurs allocations chômage ou leurs parents, ces chômeurs-là ne passent pas leurs journées à écumer les offres d’emploi. Ils en profitent pour voyager. Ils retournent à leurs chères études ou font du volontariat à la soupe populaire de leur quartier. Et au moins jusqu’à l’assèchement de leur compte en banque, ils se satisfont de vivre au jour le jour. Poursuivre la lecture de «Chômeurs : Laissez le travail à ceux qu’aiment ça !»

Commandanté Ché Guevara : Un combat , Un Homme , Une légende.

medium-443px-che1

Un article trés intéressant sur Che Guevara, un homme d’exception.
Malgrès des zones d’ombre je ne retiendrai de la vie de cet homme que cette phrase mise en éxergue par Sidi Mohamed OULD DHAKER bloggeur et démocrate Mauritanien :
 » Soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre coeur n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui, où que ce soit dans le monde. C’est la plus belle qualité d’un révolutionnaire.  » Che Guevara

Pourquoi tant d’engouement voire de dévotion à l’icône du Che, notamment le fameux portrait fait par Korda , de Che avec le béret et l’étoile rouge . Ce portrait tiré à des millions d’exemplaires symbolise aussi bien en Occident que dans les Pays du Sud, la résistance, le combat propre, l’abnégation.. Son effigie de héros populaire a acquis, depuis une quarantaine d’années, l’aura d’une icône. Quelque 20 millions de personnes, à travers le monde, posséderaient un tee-shirt à l’image du « rebelle éternel ».

Les années soixante dix virent, progressivement, s’installer la fin des illusions de millions de jeunes qui avaient cru changer le monde. C’était compter sans l’impérialisme américain et le goulag russe qui ne voulait pas entendre parler de perturbateurs.

On pense d’ailleurs, que le Che a été lâché par Castro sur ordre des soviétiques en l’occurrence de Kossyguine qui venait de conclure avec Lindon Johnson un pacte de « coexistence pacifique ».

Qui est vraiment Che Guevara ?

La suite sur le blog de Sidi Mohamed OULD DHAKER en cliquant ICI

Le livre que je souhaite lire.

Je sais pas si certain d’entre vous ont lu ce livre.

Le Commencement d’un monde de Jean Claude Guillebaud
Vidéo envoyée par EditionsduSeuil

Nous sommes au commencement d’un monde. Vécu dans la crainte, ce prodigieux surgissement signe la disparition de l’ancien monde, celui dans lequel nous sommes nés. Pourtant, la sourde inquiétude qui habite nos sociétés doit être dépassée. Le monde « nouveau » qui naît sous nos yeux est sans doute porteur de menaces mais plus encore de promesses. Il correspond à l’émergence d’une modernité radicalement « autre ». Elle ne se confond plus avec l’Occident comme ce fut le cas pendant quatre siècles. Une longue séquence historique s’achève et la stricte hégémonie occidentale prend fin. Nous sommes en marche vers une modernité métisse.

Voici une interview intéressante de Guillebaud.

 
icon for podpress  Standard Podcast: Play Now | Play in Popup

L’école peut il encore sauver la société ?

C’est la réflexion qui me vient suite à mon billet précédent dans lequel je vous parlais de la génération bling bling, une incarnation pathologique d’un système devenu fou, au bord de ses limites et qui aura érigé la médiocrité, la bétise et l’individualisme au rang de système de vie.
Que peut l’école dans un monde devenu fou ?
Que peut la culture dans le brouhaha et le fracas du monde ?
La culture à toujours été le dernier rempart face à la barbarie des hommes, c’est elle qui les rassemble et qui leur rappelle l’unité du genre humain, c’est elle qui les aide a refuser le fatalisme et les ravages du nihilisme.
La culture reconstruit les ponts entre les hommes et détruits les murs qu’il se sont érigé pour ne pas se rencontrer, elle dissipent les peurs et apaisent les esprits dans une quête éternelle vers le progrès et l’émancipation.
Bien entendu ces murs, les plus imposants, sont dans nos têtes et la mission sacrée de l’école est d’aider chaque enfant à les surmonter pour se découvrir et aller de l’avant.
Le tyrans ont toujours critiqué l’école et le savoir, quand l’école est attaqué c’est la liberté qui est attaquée.
Ne l’oublions pas et remettons l’école et la connaissance au premier plan et ne cédons jamais aux sirènes funestes d’un marché qui voudrait s’approprier le sacré et la connaissance.
Sur ces réflexions je vous propose d’écouter une intervention très intéressante d’Albert Jacquard qui anime une chronique quotidienne sur France culture.
Une pépite dans ce monde de fou.

 
icon for podpress  Standard Podcast: Play Now | Play in Popup

Citation de Ricardo Flores Magón, à méditer.


Ricardo Flores Magon (1873-1922) fut l’un des principaux théoriciens de la Révolution mexicaine. Responsable du journal Regeneración, il incarne la tendance radicale, anarchiste et poétique des mouvements qui combattaient pour la terre et la liberté (Tierra y Libertad). Le mouvement zapatiste contemporain de Marcos et la toute récente Commune de Oaxaca (2006) doivent beaucoup à cette pensée
allégorique.

Le mendiant et le voleur
« L’honnêteté ne vit pas à genoux, prête à ronger l’os que l’on daigne lui jeter. Elle est fière par excellence. Je ne sais si je suis honnête ou non, mais je dois t’avouer qu’il m’est insupportable de supplier les riches de m’accorder, au nom de Dieu les miettes de tout ce qu’ils nous ont volé. Je viole la loi ? C’est vrai, mais elle n’a rien à voir avec la justice. En violant les lois promulguées par la bourgeoisie, je ne fais que rétablir la justice bafouée par les riches, qui volent les pauvres au nom de la loi. »

Un vélo révolutionnaire.

Imaginez un vélo qui vous aiderait à monter les routes pentues grâce à une assistance électrique, ça existe déjà me direz vous dans les vélos électriques.
Imaginez un vélo qui récupère l’énergie de freinage bêtement perdu en chaleur dans les vélos normaux, ça existe déjà dans les voitures hybrides comme la Prius.
Imaginez que cette énergie soit stockées dans une batterie et qu’elle serve à alimenter le moteur de l’assistance électrique.
Imaginez que ce système soit directement intégré à la roue…
En gros quand je descends un pente je récupère de l’énergie mécanique que je transforme en électricité qui est stockée, ce transfert d’énergie me freine… cette énergie stockée me servira à monter la prochaine pente grâce au moteur de l’assistance électrique.
Génial !
Avec un tel système les réfractaires au vélo n’auront plus d’excuse.
Ce système a été imaginé par des scientifiques du MIT dans un projet du nom de SmartBiking, il devrait être commercialisé dans les années à venir.
L’intérêt : un cout modique, des rejets de CO2 presque nuls pour une facilité de déplacement remarquable.
Qui disait qu’il n’y avait plus rien à inventer dans le vélo ?

Pour l’amour des mathématiques.

On fait rarement cohabiter les mots Amour et Mathématiques ensemble tant la discipline semble aride, ardue et effrayante et pourtant…
Des scientifiques ont fait une série de petits films pour faire découvrir cette merveilleuse discipline.
Si vous trouvez les nombres complexes complexes, les fractals fracassant je vous conseille de visionner ou télécharger des petits films admirablement conçus et mis à disposition gratuitement sous licence créative commons.
Le savoir librement mis à disposition, que j’aime ça, quand c’est en plus fait avec talent on regarde et on savoure.
Allez faire un tour ici : http://www.dimensions-math.org/Dim_regarder_F_F.htm
Merci aux auteurs.
Voici l’un de ces films :

Flagrand délit cosmique.

Ce petit point brillant de rien du tout a 8 fois la taille de Jupiter et est éloigné de son soleil 330 fois plus que la Terre…
Vous devez vous doutez qu’un tel gigantisme n’existe pas dans notre système solaire et pour cause, il s’agit de la première exoplanète photographiée !
Le nom de l’étoile : 1RXS J160929.1-210524
Distance de cette étoile : 500 années lumières !
Autant dire qu’on est pas près d’y mettre les pieds.
Les scientifiques on réussi un exploit, celui de capter l’émission infime de lumières envoyée par cette planète à travers l’immensité du vide cosmique, cette lueur noyée dans l’éblouissante lumière de son étoile à voyagé pendant 500 ans avant d’être captée par les instruments des scientifiques.
Imaginez qu’à l’époque où cette lumière a quitté son système solaire Galilée n’était pas encore né et les lunettes astronomiques les plus rudimentaires qu’on puisse imaginer, n’existaient même pas…
Il n’y à que la science pour réussir de tels prodiges.
Vertigineux !