J’exproprie passionnément, à la folie…

chavez_5

Nationaliser c’est bien, exproprier c’est mieux.
À l’époque où Hugo Chavez nationalisait, on osait à peine parler de nationalisation et de salaire maximum en Europe,  sans être taxé de fou furieux rescapé d’un asile de l’ex-URSS ou d’adorateur de Kim Jong Il…
Il y a à peine un an, on osait peu de chose tant la chape de plomb idéologique était puissante.
Le capitalisme régnait en maitre dans les esprits et bien peu étaient capables de lui fixer une limite.
Son expansion sans borne nous promettait des lendemains radieux.
Il y avait bien la progression de la pauvreté, les licenciements, la brutalité des requins de la finance, leur voracité, leur cynisme et la soumission du politique, mais bien peu voulaient voir.

Les « socialistes » en extase devant les prouesses du marché et les tours de passe-passe de la main invisible avaient les yeux de Chimène pour l’économie de marché et le Traité de Lisbonne…
L’amour fou…

Pourtant ailleurs dans le monde des dirigeants avaient déjà décidé de reprendre en main les choses, de ne plus laisser le marché dicter sa loi aux peuples.
Un dangereux terroriste de l’Axe du mal osait poser ses grosses fesses de méteque sur les pages du Financial Times et l’utiliser pour emballer du poisson…
Un rital, un bronzé, un indien…
Vous l’avez compris, UN SAUVAGE !
Ce sauvage a un nom, il s’appelle Hugo Chavez et il a été élu par son peuple, le peuple du Vénézuéla qui pourrait vous en compter sur les bienfaits de l’économie de marché à la sauce Reagan.
Chavez a nationalisé à tour de bras, ça ne lui a pas attiré que des amis du côté de Wall Street… mais ce fou en avait rien à foutre de ce que pense Wall Street, un dingue je vous dis.
Et voilà que ce fou furieux parle d’exproprier les multinationales qui affament son peuple…
Non c’est sûr il faut l’enfermer…

Vous l’avez compris, je plaisante, je suis taquin.
Une question : quand est ce qu’on commence ? Chavez nous montre la voie quand il songe à exproprier les multinationales qui affament les peuples.
Voir cette brève ci-dessous.
Le sacro-saint dogme de la propriété toute puissante commence à être ébranlé, nous commençons à comprendre qu’il n’y aura pas d’espoir en ce bas monde sans une remise en cause du droit d’une poignée de voleurs à posséder tout, le monde et les gens qui peuplent ce monde.
Il faudra bien un jour se décider à remettre en cause ce droit exorbitant et à revenir à la raison.
EXPROPRIONS !!
Apprenons à conjuguer ce verbe au présent de l’indicatif et au futur simple :

j’exproprie
tu expropries
il exproprie
nous exproprions
vous expropriez
ils exproprient

j’exproprierai
tu exproprieras
il expropriera
nous exproprierons
vous exproprierez
ils exproprieront

Que j’aime ce verbe, ça sonne bien, vous ne trouvez pas ?

Hugo Chavez engage la bataille du riz

Venezuela . Le président exproprie une filiale du géant américain Cargill, accusée de contourner la législation sur le contrôle des prix et de provoquer des pénuries.

Le président du Venezuela, Hugo Chavez, a « ordonné » mercredi d’entamer le processus d’expropriation d’une fabrique de riz filiale du groupe agroalimentaire américain Cargill, mesure destinée à combattre la pénurie de ce produit sur les marchés.

Chavez a fait cette annonce mercredi au cours d’un Conseil de ministres retransmis par la télévision. Le chef de l’État a également demandé que soit menée une « enquête judiciaire » sur la compagnie en affirmant qu’elle s’est livrée à une « violation flagrante » de tout le dispositif de contrôle des prix établi par le gouvernement sur les produits de première nécessité.

l’usine de la société Mary occupée

Lundi le gouvernement avait pris le contrôle d’une usine de riz dans l’État de Portuguesa en envoyant l’armée occuper la fabrique de la société Mary, qui fournit près du tiers du marché. La prise de contrôle de la filière du riz avait été annoncée samedi dernier. Chavez avait alors accusé les industriels de « se moquer du peuple » en ne respectant pas le prix des denrées de base, régulé depuis 2003 par le gouvernement. Une première usine de riz, appartenant au groupe Alimentos Polar, avait été placée sous surveillance militaire le week-end dernier, dans l’État de Guarico. C’est dans ce même État que l’armée a débarqué hier dans les installations de Cargill (6 % du marché).

La direction de l’usine s’est vu reprocher de produire d’autres variétés que celle du riz blanc, celle dont le prix est régulé par l’État. Menacé du même sort, le groupe Polar a fait profil bas et assuré vouloir respecter les lois « pour le bien-être des Vénézuéliens », proposant un dialogue avec le gouvernement. L’occupation des différentes usines est temporaire, pour quatre-vingt-dix jours, et la gestion a été placée sous la tutelle de fonctionnaires publics. Les entreprises visées se plaignent des coûts supérieurs au prix de vente fixé par le gouvernement, entraînant des productions à perte. L’organisation patronale Fedecamaras, proche de l’opposition de droite, a dénoncé ce « modèle économique » portant atteinte « à la liberté privée et à la liberté d’entreprise ».

des pénuries dans les supermarchés

Malgré la régulation des prix imposés sur les aliments de base depuis 2003, des pénuries (de riz, de sucre, lait ou café) sont apparues dans les supermarchés. Le gouvernement a publié mardi une liste établissant des limites minimales de production de douze produits de première nécessité (non seulement pour le riz blanc, mais aussi l’huile, le sucre, le café, le lait, etc.). Le problème est d’autant plus urgent dans un contexte de crise mondial que la hausse des denrées de base, pour la plupart importées, a atteint l’an dernier 41 %, soit dix points de plus que le taux d’inflation. Et que les prix du pétrole, principale richesse du pays, se sont effondrés. Il y a six mois, Chavez a promulgué une loi sur la sécurité et la souveraineté alimentaire visant une augmentation durable de la production de nourriture.

Bernard Duraud

Autres articles du site...

1 réponses à “J’exproprie passionnément, à la folie…”


  • Que voilà un article particulièrement intêressant encore !!! rien que pour ça je vais voter pour ton site une fois de plus –
    Hugo Chavez , un Président comme j’aimerais en voir dans nôtre beau Pays (beaucoup moins beau depuis une certaine élection qui ne fait la part belle qu’aux plus riches et méprise le peuple ordinaire ! )
    Tu sais , combien de fois je me dis : et si on faisait pareil ?…sauf que nos ministres ne sont que des passe-plats au service du Fric , clone serviles s’il en est ! je n’ai guère d’espoir de voir jamais un homme de valeur à la tête de nôtre France si mal en point ( facisme réalisé ) …inch’Allah ! Amicalement à toi jeune homme ;-) )

Laisser un commentaire