L’école peut il encore sauver la société ?

C’est la réflexion qui me vient suite à mon billet précédent dans lequel je vous parlais de la génération bling bling, une incarnation pathologique d’un système devenu fou, au bord de ses limites et qui aura érigé la médiocrité, la bétise et l’individualisme au rang de système de vie.
Que peut l’école dans un monde devenu fou ?
Que peut la culture dans le brouhaha et le fracas du monde ?
La culture à toujours été le dernier rempart face à la barbarie des hommes, c’est elle qui les rassemble et qui leur rappelle l’unité du genre humain, c’est elle qui les aide a refuser le fatalisme et les ravages du nihilisme.
La culture reconstruit les ponts entre les hommes et détruits les murs qu’il se sont érigé pour ne pas se rencontrer, elle dissipent les peurs et apaisent les esprits dans une quête éternelle vers le progrès et l’émancipation.
Bien entendu ces murs, les plus imposants, sont dans nos têtes et la mission sacrée de l’école est d’aider chaque enfant à les surmonter pour se découvrir et aller de l’avant.
Le tyrans ont toujours critiqué l’école et le savoir, quand l’école est attaqué c’est la liberté qui est attaquée.
Ne l’oublions pas et remettons l’école et la connaissance au premier plan et ne cédons jamais aux sirènes funestes d’un marché qui voudrait s’approprier le sacré et la connaissance.
Sur ces réflexions je vous propose d’écouter une intervention très intéressante d’Albert Jacquard qui anime une chronique quotidienne sur France culture.
Une pépite dans ce monde de fou.

 
icon for podpress  Standard Podcast: Play Now | Play in Popup

Autres articles du site...

4 réponses à “L’école peut il encore sauver la société ?”


  • ce monsieur est un grand, j’ai lu « mon utopie », et ça donne la force de continuer le combat.

  • d’accord pour dire qu’ajourd’hui l’école est defaillante
    mais à qui la faute ?

    qui sont les premiers à se plaindre lorsque l’on donne du travail ?
    les élèves et les parents

    qui donne le bon exemple ?
    les profs ? les programmes inutiles, incomplet, qui s’amenuisent d’année en année ?

    a quoi intéresse t-on les jeunes aujourd’hui ?
    au savoir ? à la connaissance ? la lecture ? la curiosité ? la soif d’apprendre ?
    non, on les dirige vers les loisirs, le « tout prêt – le pré-maché » qui caractérise la société moderne, la facilité, le « surtout ne pas les traumatiser », ne pas les surcharger, ne pas trop les faire réflechir…
    ajourd’hui on ne donne plus de devoir en primaire, on donne le bac à tout va, les universités sont surchargées de « chui ^à mais je sais pas pourquoi… » on fait le minimum, les programmes se simplifient d’année en année,

    les études n’ont plus aucune valeur, l’enseignement ne vaut rien : aucune base, aucune capacité d’analyse, d’esprit critique, reflexion n’est developpée…

    les générations à venir ne seront qu’une masse ignare, mais pourtant persuadée de tout comprendre.
    Comment me dirait vous ?
    interrogé un francais sur un sujet quelconque, s’il vous répond demandait lui d’où il le tient…
    combien vous répondrons : « à la TV »
    on nous bombarde d’infos, dans lesquelles beaucoup ont toute confiance, par conqéquent ils croient savoir, sans se rendre compte qu?on leur fait savoir ce que l?on veut…
    qu?arrivera t-il le jour où la TV perdra son autonomie, où le technologie rythmera nos vies et que nous auront toute confiance en elles…

    dans les années qui viennent, ceux qui détiendrons les moyens de communication et d?information seront tous puissant
    le pire étant que chacun se croira libre et capable d?émettre librement un avis, en réalité conditionné depuis sa jeunesse…

    mes propos peuvent sembler forts, j?avoue avoir écrit sous l?impulsion mais…
    n?est-ce pas vrai ?
    qu?en pensez-vous ?

  • Je suis pas certain qu’on ménage à ce point les jeunes.
    Je pense au contraire que notre société à fait le choix non assumé d’une certaine forme de maltraitance de la jeunesse.
    Contrairement à ce que vous semblez penser le sort des jeunes est loin d’être enviable, bien au contraire.
    Nous les avons abandonnés au lieu de les combler et de les accompagner.
    Nous avons renoncé à leur transmettre un certain nombre de valeurs jugées non « rentables »… regardez le sort qu’on fait à l’histoire, et à ce qu’on appelait jadis les humanités, dans les filières scientifiques…
    L’école a fait le choix de la formation et a renoncé à celui de l’éducation.
    On songe plus à l’avenir professionnel des élèves qu’a leur accomplissement intellectuel… l’école est devenu au fil des années un bureau de placement qui oriente, trie et élimine les jeunes, telle est la mission inavouée qu’une succession de décideurs ont confié à l’Education nationale sans que ces choix aient été discutés.
    L’école, antichambre de l’ANPE pour le plus grand nombre et pour une minorité, creuset des grandes écoles, voilà la triste réalité de notre pays.
    Les jeunes ne sont pas responsable de ce déclin moral et intellectuel de l’école, mais les premières victime de ce système mis au service du capitalisme triomphant et de la rentabilité !

  • Certes,

    je ne suis qu?un étudiant qui s?interroge beaucoup, cherche les réponses et ne trouve que très peu de solutions.
    Mes propos ne sont pas parfaits, mon raisonnement sans doute incomplet, mais le mieux, c?est encore d?essayer de l?exprimer, et de le soumettre aux avis des autres alors je le lance…

    Tout d?abord, je suis d?accord avec vous sur le fait

    - que les valeurs transmises se détériorent
    comme la connaissance de l?histoire (la vraie !), le développement intellectuel, la réflexion et le raisonnement personnel
    même si pour moi, elle sont bien plus nombreuses que cela : on n?apprend pas aux jeunes à travailler, on ne leur transmet pas la soif d?apprendre, le goût du travail, le courage, l?autonomie.

    - au profit de celles qui sont le plus rentables d?un point de vue
    économique (futurs consommateurs sans défense),
    politique (futurs électeurs sans libre arbitre manipulables à souhaits),
    idéologique (futurs individus qui pensent ce qu?on leur fait penser)
    et sans doute bien d?autre

    La question qui, je pense, se pose est : Pourquoi ?

    Comme vous l?avez dit, le capitalisme et la société de consommation, de travailleurs exige une masse malléable qui se forme selon ses souhaits.

    c?est certes très regrettable voire catastrophique pour l?avenir, mais je ne trouve autour de moi personne pour s?en plaindre.
    Pire, certains la défendent, me faisant la liste de tous les (semblants) d?avantages qu?a notre société et notre système…

    Il est aussi vrai que les jeunes sont victimes, très jeunes, de cette corruption intellectuelle et comportementale
    tellement vite qu?ils en deviennent très tôt les acteurs

    et j?en viens à, ce qui est pour moi, le fond de l?explication :
    nous sommes dans un système fermé, qui se renouvelle génération après génération, mais qui à chaque tour perd une part des vraies valeurs.

    Je m?explique :
    certes l?école n?enseigne plus les «  vraies  » valeurs aux enfants,
    mais les parents (qui eux interviennent dès l?enfance) non plus ! Quels parents éduquent et instruisent réellement leurs enfants ?

    ? dès le plus jeune age on leur dit qu?il faut travailler à l?école pour… travailler plus tard ?!
    Ils délèguent volontiers cette tache à l?école, convaincus qu?elle les formera comme il faut pour correspondre au «  moule  »
    vous me direz : c?est parce que le système est fait comme cela : école ? formation ? travailler, on va à l?essentiel

    ? paradoxalement on leur laisse bcp trop tôt une liberté ahurissante !
    aujourd’hui, ce sont les enfants qui décident ce qu?il mangent, s?ils regardent la télé, s?ils se couchent ou non et même s?ils vont à l?école ou pas !
    Vous me direz : c?est parce qu?ils sont déjà consommateurs, influencés par notre société du «  j?ai tout pour te rendre heureux  » du «  loisirs facile  », du monde où tout est possible !
    aujourd’hui un adulte peut passer une journée devant la TV sans s?en rendre compte et sans aucun intérêt, apport, il ne s?élève pas…

    je pourrais continuer mais je m’éparpille…

    là où je veux en venir c’est que les parents d’aujourd’hui ont eux même été corrompus,
    on a réussit à les enfermer dans le rythme :
    Boulot ? argent + fatigue
    fatigue ? TV + loisirs facile
    argent ? conso
    mais que faire pour pouvoir conso et accéder aux loisirs ? ? Boulot !
    Ils sont eux-même victimes devenus acteurs de cette corruption morale.
    Combien jouent avec leurs enfants ? Combien emmènent leurs enfants se promener, prendre l?air, s?instruire au musée ou dans des livres ?
    une minorité ! c’est tellement plus simple PC + TV + inernet + Mac Do + PS(3 ou 4 ? je sais même plus combien…)
    on les a eux même formaté

    ILS se sont laissé faire (je ne leur jette pas la pierre, puisqu?à l?époque on ne pouvait imaginer le mauvais coté des choses, c?est comme pour la pollution, tabac, amiante : quand on sait pas, on ne s’inquiète pas)

    le problème c’est qu?ils ont déjà, pour la plupart céder leurs précieux acquis (d’antan !) au profit des nouvelles «  valeurs  »
    et que transmettent-ils à leurs enfants ?
    Et c?ets là que se trouve la fuite de chaque génération dans je parlais au début : on transmet des choses toujours plus corrompues, les jeunes aujourd?hui ne sont pas seulement jetés dans cette société à l?age adulte, ils sont immergés depuis la naissance par les parents, formatés pour y correspondre à l?école, et victime de celui-ci adulte car comme tout système, il produit des déchets (chômage, masse manipulable, absence quasi totale de libre arbitre, pauvreté, misère, violence, fracture sociale entre les gagnants et les perdants de ce jeu destructeur)

    Je sais que je ne peux objectivement leur en vouloir, mais je déplore et j?accuse les parents et adultes d?avoir et surtout de continuer à cédé !
    On regarde ses pieds, on apprend à ses enfants à faire pareil,
    on est malheureux dans sa vie, mais on mène nos enfants à ce même malheur
    on ne lutte plus, on abandonne nos enfants aux mains de cette machine monstrueuse : société manipulable, capitaliste de consommation sans aucun avenir viable (pour nous bien sur, pas pour les grands vainqueurs !)

    alors c’est vrai, le système est la cause de tout ça (formatage des générations précédentes), il continue pour celle d?aujourd?hui
    mais c’est aussi et surtout pce les parents ont eux-même pris le relais du système, ils forment et corrompent eux-même les générations futures…

    en espérant ne pas avoir trop… débordé ni dis de bêtises,

    PS : quant aux élites dont vous avez parlé, je m’interroge aussi à leurs propos, comment ont-ils faits ? Comment se sont-ils rendus nécessaires ? Comment maintiennent-ils un cercle fermé ? Quels pouvoirs et monopole décisionnel ont-ils ?
    Pourquoi je me demande ça ? Parce que mon rêve est de me développer, de comprendre ma société, mon monde, son fonctionnement et les individus et de tenter de les soigner … (je sais, c?ets tres idéaliste, mais sinon quoi ? Faire comme tous le monde et suivre ?)
    bref, tout ça pour dire que même si je trouve une solution à peu près viable, le cercle de ceux qui peuvent faire et tellement fermé, tellement replié sur leurs intérets, ils manipulent tellement les individus qu?il étoufferont cette (hypothétique rappelons le ^^) solution non conforme à leur plan…

    EN gros on nous empêche de se poser les bonnes questions, de trouver les réponses et de les mettre en ?uvre
    trois actions sur 3 points essentiels : toute remise en cause du système est impossible…
    ça me rappel certains régimes…, mais ceux des sociétés dites «  occidentales et développées  » le font avec beaucoup plus d?adresse et de subtilité…

    maxime,

Laisser un commentaire