Archives pour le mot-clé «danger»

L’intelligence du barbare par Maurice Rajfus

Vous croisez peut être tous les matins un barbare, sans le savoir, vous lui confiez peut-être même vos enfants, il est là, à vos côtés, dans l’ascenseur, vous parlant sans cesse de tout et de rien, il vous scrute, vous épie sous toutes les coutures.
Vous vous dites « Mais qu’est ce qu’il me veut ce con ? » mais vous le laissez parler car vous ne vous êtes jamais douté de sa véritable nature, cachée, secrète.
Le barbare est le compagnons de nos cauchemards, il a toujours été là, parmis nous, guettant la moindre occasion pour laisser sa trace sanglantes dans L’Histoire  ou plus simplement dans nos mémoires attristées.
Il est notre tristesse,  notre désenchantement, notre peur est sa récompense.
Mais oui, souvenez-vous, vous l’avez déjà croisé : le petits chefaillons du matin, à l’entrée de l’usine, toujours à l’heure, lui ! Le flic ordinaire, à la méchanceté ordinaire qui ne demande qu’a se transformer en gardien de camp ou en bourreau, le voisin médiocre qui vous sourit tous les jours, il est si serviable, le genre à insister pour porter vos commissions mais qui vous dénoncera aux bourreaux le moment venu, quand il vous saura traqué ou menacé.
Vous le trouvez lourd, parfois amusant mais vos enfants ne l’aiment pas et vous n’avez jamais compris pourquoi.
Le barbare c’est un peu un concentré de l’ordure humaine, un être abject mais parfois intelligent.
Cette brute nous a marqué, enfant, à l’époque on l’appelait la terreur des cours de récré, c’était lui, déjà…mais le voilà homme, éduqué, civilisé, il a su revêtir le masque de la furtivité, l’habit du moine, devenir enfin respectable, drapé de l’éloquence du politicien, vous l’écoutez… comme il est fascinant, mais oui c’est ça ! il a raison… tous ces étrangers, tous ces impôts et qui pense à moi ? hein ! Lui, il y pense au moins, il ne pense qu’à ça d’ailleurs, vous pouvez compter sur lui, il sera là le moment venu…

Le barbare moderne pourrait être comparé à ce mafieux qui a changé de manières mais sans modifier ses habitudes. Le petit prédateur a pris de la hauteur. Il s’est investi en politique. Habitué à traiter avec férocité ceux qui, jadis, se risquaient à résister, notre barbare contemporain ne peut toujours pas se départir de cette brutalité qui fait partie de sa nature profonde. Tout naturellement, le barbare a fait des émules. On les trouve sur tous les chemins de traverse. Ils se manifestent sur le lieu de travail, estimant que l’exploitation consentie est bien plus efficace que la simple résignation enseignée par les Eglises. Le Barbare est à nos portes. Il ne cesse de nous surveiller. Notre voisin est peut-être l’un de ces mercenaires qui n’a rien à refuser à la police…

Ecoutez cette émission de Radio Libertaire consacrée au dernier livre de Maurice Rajfus : L’intelligence du barbare.

 
icon for podpress  Standard Podcast: Play Now | Play in Popup

Ce que je rentiendrai de Copenhague.

Je suis allé à Copenhague pour participer à la manifestation de samedi dernier.
Lors de la manifestation j’ai été surpris par l’ampleur de la mobilisation, le long cortèges des manifestants venus des quatres coins du monde a traversé les rues fraiches de Copenhague dans une ambiance bon enfant pour ensuite dégénérer en affrontement entre jeunes et robocops de la police Danoise.
Ce qui est frappant quand on participe à ce genre de rassemblement c’est cette hystérie policière que je retrouve un peu partout en Europe.
On peut vraiment s’interroger sur l’état des démocraties et sur le crédit que des autorités sois disant démocratiques accordent à la parole des gens ordinaires.
Je ne prône pas la violence mais cette arrogance policière insupportable, ce mépris des autorités pour la libre parole des citoyens et leur droit de circuler librement, ces mesures sois disant préventives mais en réalité bassement sécuritaires, n’ont qu’un seul objectif : exacerber la tension au sein des cortèges et justifier une répression qui a de plus en plus de mal à  dissimuler sa véritable nature réactionnaire.
Les maitres du monde étaient regroupés au Bella center, une zone de guerre interdite au commun des mortels sous peine de plein de truc, on peut inclure la mort dans la liste des innombrables désagréments qui menacent ceux qui auraient l’imprudence de pénétrer dans une telle zone.
Leur isolement est encore monté d’un cran lorsque les organisateurs de cette mascarade ont décidé d’exclure les ONG, pourtant accréditées, des séances plénières.
Débarrassé de tout ce qui pouvait leur rappeler l’existence des peuples et les scories démocratiques qui vont avec, ils avaient tout loisir pour deviser et imaginer notre futur, surprotégés par des bataillons de flics, des hélicoptères tournoyant en permanence au dessus de la ville pour mieux épier et ficher la population.
Les maitres du monde ne pourront pas dire que leurs discussions ont été perturbées par les clameurs de la populace, ils n’auront pas cette excuse pour justifier leur échec patent.
Qu’ont-ils été capable de pondre ? Que dalle, rien quand dans le même temps des militants du monde entier réunis au Klimaforum se mettaient d’accord sur un texte.
Cette déclaration a été remise au organisateur de la conférence et qu’en ont-ils fait ?
Je n’ai malheureusement pas pu participer aux innombrables débats qui ont eu lieu au Klimaforum compte tenu du temps très limité de notre passage à Copenhague mais j’ai pu apprécier la qualité des intervenant, l’ambiance ouverte des échanges et le foisonnement des propositions et surtout l’absence des glaçons fluo (c’est comme ça que j’appelle les flics)…ça fait du bien.
Et j’en arrive à me poser une question simple : avons-nous besoin de ces gens là (je parle de ces gens qui prétendent diriger le monde) pour trouver des solutions aux problèmes de l’humanité ?
En tant que modeste citoyen je n’attend rien de ce genre de sommet même si je ne regrette pas mon déplacement.
Nous étions des dizaine de millier à braver le froid mais notre message n’a pas été entendu par ces gens qui prétendent diriger le monde… vouloir diriger le monde mais quelle absurdité !
Ma conviction : ne pas attendre que ces gens bougent car ils ne servent à rien en réalité mais agir là où on vit, où on peut, à son échelle pour faire évoluer les chose.
Rien n’empêche des pays de décider souverainement de baisser leurs émissions, rien ne m’empêche de renoncer à avoir une voiture, rien n’empêche un élu régional de promouvoir des politiques en faveur des énergies renouvelables dans sa région…

La révolution est dans mon salon, pas à Copenhague.
Je vous encourage néanmoins à écouter les paroles d’Hugo Chavez, l’uns des rares qui me donne encore des raisons d’espérer:

Pot de terre vs pot de fer : 1- 0

Dans un précédent billet, j’évoquais les tensions entre les Amérindiens et le gouvernement du Pérou.
Ces affrontements ont fait plusieurs dizaines de mort.
À l’origine de cette situation : la décision du gouvernement d’exploiter les ressources de l’Amazonie.
On connait le scénario tristement banal :

  1. Le grand capital graisse la patte des dirigeants corrompus pour faire main basse sur les ressources d’un pays du tiers monde.
  2. Pour lutter contre sois disant la pauvreté les dirigeants corrompus annoncent avec démagogie qu’il faut exploiter les ressources de la forêt.
  3. On confie la mission à des multinationales étrangères.
  4. Les indigènes manifestent, on tire dans le tas, on en tue quelques centaines, tout le monde s’en fou et le calme revient…
  5. Les multinationales déboulent, coupent tous les arbres, forent, font sauter les montagnes, déversent toutes les saloperies imaginables dans les rivières, la faune sauvage déguste etc.
  6. Les autochtones sont peu à peu décimés par les maladies, le vacarme, la pollution, l’alcoolisme, les règlements de compte…
  7. Les sociétés pillent littéralement les ressources en quelques années et laissent un désert derrière elles.
  8. Et les habitants du pays se retrouvent aussi pauvres qu’au début.

Le scénario était écrit, le mauvais film allait se jouer mais la mobilisation internationale en a décidé autrement.
Tout le monde s’en fou ? Non pas cette fois ! Poursuivre la lecture de «Pot de terre vs pot de fer : 1- 0»

Protégez les droits des peuples autochtones – Sauvez l’Amazonie!

1113_peru_final

Le Pérou est le théâtre de heurts violents entre des groupes autochtones qui cherchent désespérément à protéger l’Amazonie et le gouvernement qui a promulgué des lois qui autorisent une exploitation intensive des mines et du bois et l’agriculture à grande échelle dans la forêt ombrophile.

Si le gouvernement et les industries extractives ont gain de cause, la forêt ombrophile péruvienne et ses habitants subiront d’immenses ravages dont les répercussions seront catastrophiques pour le climat de la planète.

Signez d’urgence la pétition ci-dessous et appuyez la lutte courageuse que livrent des populations autochtones pour protéger l’Amazonie — Un politicien latino-américain célèbre et respecté la remettra en notre nom au président Alan Garcia.

Pour participer à la mobilisation mondiale et signer la pétition cliquez ICI
Diffusez cette information.

Lefevre, le pittbull de l’UMP, complètement déchainé.

556114-copie

Travailler pendant ses arrêts maladie, fallait y penser, l’UMP y songe, Lefevre va le proposer.
Lefevre est le porte-parole de l’UMP, porte-flingue de Nabozy, il est député et il souhaite déposer un amendement pour permettre aux salariés en congé maladie de continuer a travailler via le télétravail…. le progrès à la sauce UMP.
Qu’on se rassure, ça sera sur la base du volontariat…. Ouf on avait craint le pire, on peut aller se recoucher.
J’attends pour demain matin le rétablissement de l’esclavage et pour après demain l’instauration du travail des enfants (toujours sur la base du volontariat bien entendu), ça leur évitera de faire des bêtises comme voler des bicyclettes et de déranger nos amis policier et c’est bon pour notre PIB, faut lutter contre la crise comme on peut n’’est-ce pas ?
Elle est belle la France de Sarkozy !
Allons encore un petit effort et on pourra rivaliser avec la province chinoise du Chichuan.

Avec ce genre de fanatique, tout devient possible et on peut compter sur lui pour mettre tout son poids dans la balance pour faire passer ce genre de mesures débiles.
Je croyais avoir tout vu, tout entendu, tout imaginé, mais chaque jour apporte son lot de surprises, j’avoue que je suis bluffé par l’acharnement des sarkozystes à démanteler tout ce en quoi nous croyons dans ce pays.
jpg_agressionump-2595dFaire travailler les malades, même les plus libéraux n’avaient pas osé, mais eux, oui !

Dans le font c’est vrai qu’ils sont révolutionnaires (voir mon article précédent), mais c’est une révolution conservatrice à laquelle on assiste, menée par des idéologues et des fanatiques de la destruction sociale.
L’idée même de progrès social les déchaine (C’est pavlovien chez eux).
L’avenir me fais peur, trés peur…

Pour en revenir à notre enragé je pose une question simple : qui arrêtera ce débile, je constate qu’il se balade toujours en liberté et cette idée me remplit d’inquiétude, je propose qu’on l’enferme, l’internement d’office c’est possible, je crois, je me renseigne.

Dédicace : un spécial crachat dans la gueule des idiots  qui ont permis à ce débile mental de se retrouver à l’Assemblée nationale.

Frédéric Lefebvre propose que les salariés travaillent pendant leur congé maladie

LEMONDE.FR

Le député et porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre a souhaité, lundi 26 mai, que les salariés puissent être autorisés, via le télétravail, à poursuivre leur activité professionnelle pendant leur congé maladie ou maternité. Poursuivre la lecture de «Lefevre, le pittbull de l’UMP, complètement déchainé.»

l’apprentissage de la liberté.

liberte-parole

Suite à un article paru sur le site http://fr.techcrunch.com reprochant à Facebook de ne pas censurer les groupes de discussion révisionnistes.
La lecture de l’article et les commentaires auxquels il a donné lieu m’ont amené à m’interroger : la censure est-elle légitime et sur quelle base se construit cette légitimité ?
Les victimes ou descendant de victime et plus largement les personnes se sentant offensés par une opinion, ont-elles le droit de décider de ce qui peut être dit, écrit ou lu au sujet de ce qu’ils considèrent comme leur souffrance ?
Des groupes de pression, des lobbys entendent interdire l’expression de certaines expressions, mais de quel droit ?
Les idées de ces groupes révisionnistes me répugnent, mais la liberté m’est chère, elle est sacrée à mes yeux, qui peut m’empêcher de lire ce que ces gens écrivent ? Mon discernement serait-il sujet à caution au point de laisser un tiers décider à ma place de ce qui est bon ou mauvais pour moi ?
C’est ce qu’entendent faire ceux qui promeuvent la censure sur internet ou dans la presse : interdire les opinions qui leur déplaisent et décider à notre place de ce que nous avons le droit de lire ou entendre, pour notre bien, cela va sans dire…
Une bien étrange conception de la liberté.

Selon moi la liberté est indivisible et sacrée, la découper en petits morceaux sous prétexte qu’il y aurait une « bonne » liberté et une « mauvaise » liberté c’est déjà enfoncer un poignard dans le sein merveilleux de la liberté d’expression et tracer un bien triste sillon, celui de la servitude et du conformisme.
La liberté par définition est insolente, dérangeante, provocante, déplaisante, si cela vous dérange alors vous n’êtes pas fait pour la liberté.
Nul ne peut décider pour autrui, nul ne devrait pouvoir faire taire une opinion sous prétexte qu’elle le dérange.
Cela ne veut bien évidemment pas dire que toutes les opinions se valent, mais c’est à chacun de nous de décider, eclairé par notre discernement, la culture, quelle opinion est valable et quelle autre ne mérite qu’indifférence et mépris.
C’est faire bien peu de cas de cette capacité de discernement vraiment !
A choisir dans le fond je préfère encore vivre dans un monde où les pires charognes pourraient écrire n’importe quelle connerie sur n’importe quel sujet que de vivre dans un monde désinfecté à l’eau bénite et à la javel de la bien pensance.
Ce débat n’est pas terminé et il me fait mesurer le difficile apprentissage de la liberté.

Nabozy, bac-17 veut engager la bataille de l’intelligence…

bonnet_d_ane

Si si, c’est pas une plaisanterie.
Pas de longs discours, juste une vidéo qui en dit bien long sur le type qui dirige notre pays…
Regardez et pleurez.
L’intelligence est mal barrée.

Sarkozy et l’université ça fait deux !

facdonalds400x400-7cc88

Oui ça fait deux !
Sarkozy est un ignare, un imbécile en fascination devant des indicateurs à la con comme le classement de l’université de Sanghaï.
Il ne connait rien à l’université.
Le gouvernement aux ordres de ce sinistre individu cherche à imposer à l’université française des standards étrangers, ceux de la rentabilité.
Introduire la logique du pognon dans tous les rouages de la société, modeler les esprits pour mieux les soumettre et leur répéter qu’il n’y a pas d’alternative…
C’est comme ça que j’interprète les réformes de Valérie Pecresse, la ministre de l’Enseignement supérieur.
Jamais on n’aura vu un tel écart entre les discours, les promesses et les réalités de terrain.
Pecresse nous parle de moyens supplémentaires, d’un effort historique pour les universités, mais où sont ces moyens ?!  que voyons-nous sur le terrain, au quotidien ? Des locaux qui tombent en ruine, des enseignants démotivés, des étudiants inquiets pour leur avenir, un matériel d’un autre âge …
Il ne faut pas croire ces gens, ces menteurs !
La réalité ne colle pas avec les belles paroles de Mme Pecresse qui n’ont qu’un seul objectif : endormir la vigilance des étudiants, des enseignants et des citoyens de ce pays pour mettre en oeuvre des réformes qui ont pour objectif la mise au pas des universités et l’introduction  de la logique scélérate du marché au sein des universités françaises.
Rien ne saurait résister à la logique de la rentabilité, du court terme et du fric tout puissant, les universités Françaises qui avaient pourtant bien résisté à cette logique imbécile sont dans la ligne de mire de Sarkozy qui ne tolère aucun espace de résistance, de dissidence devrais-je dire…
L’université c’est le lieu de la connaissance et de partage, ce n’est pas un lieu au service de l’entreprise ou du profit.
La mission de l’université c’est d’être au service de l’universel (une notion bien étrangère à Sarkozy)  et non d’intérêts particuliers… L’université oeuvre à l’édification de l’humanité, elle est le lieu Où se rencontrent des esprits émancipés eclairés par la raison.
Ces principes sont totalement étrangers à la “culture” du chef de rayon sarkozy, je dirais même qu’ils lui sont insupportables.
L’idée même de culture lui est etrangère.
Cet homme n’aime pas l’université comme il n’aime pas le savoir et l’émancipation des hommes et femmes, tout son être transpire le mépris du savoir, de la lenteur, du désintéressement.
Il a en adoration le tumulte, l’agitation, la cupidité, la force qui s’impose aux faibles et la frime des gagnants.
C’est un autre monde, un monde de sauvages qui s’attaque à nos sanctuaires.
Le marché et sa loi de la jungle ne respecte décidément rien.
J’espère de tout coeur que l’université saura résister à l’une des attaques les plus brutales, les plus violentes et les plus perfides de sa longue histoire si nous voulons encore avoir un espace au service de la connaissance, de la culture et de l’intelligence dans ce pays…

 
icon for podpress  Flash Video: Play Now | Play in Popup

La vie d’un truc…

sos_button

Brosse à dents en plastique, rasoir jetable, jeans slim à la mode, préservatif, CPU intel (c), revue porno, couche culotte jetable, cassette pour apprendre l’Hebreux en 10 mn, machin qui désodorise les toilettes, souvenir avec un coquillage collé sur une carte postale de merde….
Des « trucs » j’en ai plein à la maison, vous aussi ?
Des « trucs » on en a des tonnes, nous sommes envahis par les « trucs », nous travaillons pour avoir des « trucs », nous souffrons pour accumuler des « trucs », nous polluons pour fabriquer des « trucs » et nous mourrons parfois pour ces « trucs »…

Regardez l’excellent film d’Annie Leonard « The story of stuff » en version sous titrée (plus bas) ou alors en cliquant sur cette bannière :200x57_sos_bannerhorzsm1

Ce film est génial et je vous encourage vraiment à le montrer à vos amis car il aide à comprendre la relation qu’il y a entre notre mode de vie basé sur un consommation effrénée et la destruction des écosystèmes de cette planète.
Un exposé remarquable d’intelligence qui devrait être diffusé dans toutes les écoles.
Le film dure une 20aine de mn.

 
icon for podpress  la vie d'un truc: Play Now | Play in Popup

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme…

Méditons cette fameuse maxime de Rabelais en jetant un regard lucide sur notre société.
Quand la science n’émancipe plus, quand elle offre ses services aux tyrans, quand elle les arme, quand elle se détourne de sa mission première qui est de nous aider à mieux appréhender notre monde et notre rapport à lui, quand elle oublie de se regarder elle s’oublie elle même et elle ne sert plus l’homme dans sa dimension métaphysique, elle le rabaisse et elle contribue à sa destruction.
La crise des subprimes à été rendue possible par une utilisation dévoyée de la science, je vous propose de lire un texte très intéressant de Denis Guedj, mathématicien.

L’algèbre, la géométrie, les probabilités, la géométrie algébrique, je connais. Les mathématiques financières, connais pas. Est-ce une nouvelle branche des mathématiques ayant créé ses propres concepts, élaboré des théories nouvelles, produit des résultats inédits ? Ou bien est-ce une application particulière des mathématiques à un champ particulier ? C’est une application. Il n’y a pas de mathématiques financières, mais des mathématiques appliquées à la finance (MAF) ! Ces MAF, à quoi servent-elles ? Qui servent-elles ? Ce savoir, ces techniques mises en action dans les cabinets financiers, qu’apportent-ils à l’ensemble de la société ? En quoi servent-ils la majorité des citoyens ? En quoi améliorent-ils notre vie ? Poursuivre la lecture de «Science sans conscience n’est que ruine de l’âme…»

Comment des crétins incultes ont-ils réussi à s’imposer à Washington ?

Voici un texte très intéressant sur l’ascension d’individus bas de gamme comme G.W. Bush, S. Palin.

Ces gens n’auraient jamais eu la moindre chance d’être propulsés à de tels postes de responsabilité il y a encore 40 ans, mais les choses ont bien changé, de nos jours il est très tendance pour le politocard de base de montrer qu’il est aussi cons que ses électeurs, de le revendiquer et même d’en être fier… Il s’imagine que les bestiaux affalés sur leurs canapé seront très sensible à une tel hommage à leur connerie.
C’est une plus value évidente pour les démagogues, qu’ils soient de droite ou de gauche.

En France nous avons Sarkozy, expert en parler populaire… Voir le « parler » sarkozy, ses mimiques, ses accents de sincérité ponctuées de fausses évidences qui fleurent bon le café du commerce… Comment rester insensible à un tel hommage à la bêtise ? Il n’y à que les gauchistes du café Flores qui ne le comprennent pas, mais le peuple est avec lui et c’est ça l’essentiel… c’est du moins ce qu’il essaie de nous faire croire.

Il faut faire simple car le peuple est con par nature et il ne faut pas chercher à le rendre plus intelligent que nécessaire pensent ces démago…
Le texte pointe la dégradation continue du système scolaire laïc, le renforcement du fondamentalisme religieux aux USA.
Je suis d’accord avec cette analyse et j’ajouterai que le capitalisme fait rarement bon ménage avec la culture et la connaissance qui sont difficilement monnayables.
Le savoir est encombrant et même hostile aux valeurs du capitalisme car il rend le consommateur méfiant et exigeant… il l’amène à douter, à relativiser et même à contester.
L’intelligence c’est la subversion, le communisme, le diable.
La bêtise c’est la soumission, l’ordre et la continuation de ce qui a toujours été : l’exploitation de l’homme par l’homme.
Ainsi le capitalisme à œuvré pour détruire les verrou qui gênaient sa suprématie, il y est presque parvenu.
Espérons que les prochaines élections Américaines nous démontrent que les Américains ne sont pas aussi cons que nous sommes en droit de le craindre…

Comment des crétins incultes ont-ils réussi à s’imposer à Washington ?

MONBIOT George

Le déclin de l’intelligence et de l’érudition dans la politique américaine résulte d’une série de calamités imbriquées les unes dans les autres.

Comment a-t’on pu laisser faire ? Comment la politique aux États-unis en est-elle venue à être aux mains de gens qui font de l’ignorance une vertu ?

Est-ce la compassion qui a permis au plus proche parent de l’espèce humaine sur terre d’effectuer deux mandats à la Maison Blanche ? Comment Palin, Dan Quayle et d’autres embrumés du cerveau ont-ils pu arriver là où ils sont ? Comment les meetings de la campagne présidentielle de 2008 des Républicains ont-ils pu être couverts par les vociférations des grandes gueules incultes qui soutenaient que Barack Obama était musulman et terroriste ? Poursuivre la lecture de «Comment des crétins incultes ont-ils réussi à s’imposer à Washington ?»

Précarisé, appauvri, terrorisé, méprisé, humilié.

Qui ? qui ?
Vous, moi, nous.
C’est le bilan que je tire de l’évolution des choses depuis une 20aine d’années.

Précarisés nous le somme par un système économique absurde qui a non seulement renoncé à servir les intérêts de la population humaine en faisant du marché le centre de gravité du système et les détenteurs du capital les principaux bénéficiaires de cette logique folle mais aussi en détruisant durablement les éléments constitutifs de toute société civilisée comme les solidarités, la confiance dans l’avenir, le développement personnel…

Appauvris nous le sommes depuis 20 ans, nous travaillons de plus en plus pour en avoir de moins en moins dans la poche, nos vies sont rythmées par le monde du travail, toujours plus brutal et plus exigeant et la consommation effrénée de biens pour la plupart inutiles en guise de palliatif, nous cédons des pans entiers de nos existences à la logique économique et nous oublions l’essentiel : nos proches, nos amis, notre vie intime, la culture, la spiritualité et la lutte pour une autre façon d’exister.
Il s’agit là du plus grave, de la plus insidieuse menace pour notre liberté, je parle de l’appauvrissement mental, celui qui fait des nous des producteurs machinal et des consommateurs compulsifs.
Cette énergie précieuse, celle qui fait de nous des hommes, des femmes, est littéralement pompée par la logique économique, en témoigne les politiques menées depuis 10 ans en faveur de la logique économique, toujours au dépend de la vie intime des individus et de leur qualité de vie.
C’est un véritable viol de nos consciences dont il s’agit.

Terrorisés nous le somme par la fausse violence affichée des médias, les « terroristes » nous menaceraient sois disant… combien ont ils fait de mort au juste ces 10 dernières années en comparaison des destruction insensées produite par les armées de la liberté et du bien aux quatre coins de la planète ?

Terrorisés nous le somme en fait par la peur de perdre le peu que nous avons, la peur de perdre l’emploi qui nous permet de survivre, la peur d’être radiés du chômage, la peur de se voir refuser le RMI par une décision administrative absurde, la peur d’être mis à la porte de son logement et de se retrouver sdf… et la peur des fin de mois, interminables souffrance, inutile et atroce.
Cette peur là ils nous l’ont mis dans nos têtes, ils ont fait de nos vies une enfer pour leur plus grand bonheur, celui des riches, des possédants, jamais rassasiés, jamais comblés.

Méprisés nous le somme par cette police omnipotente, autoritaire qui sert les intérêts des possédants, comme d’habitude…
Méprisés par cette classe de politocard qui ont oublié qu’ils étaient à notre service et par ces cohortes la larbins médiatiques, dociles au service des mêmes, encore et toujours eux…

Humiliés, enfin ! le taser, le scanner qui dévoile notre intimité au regard inquisiteur des flics, les caméras qui nous épient et nous ravalent au rang de criminels potentiels.
Tout cela est la marque de notre servitude présente et future.
La suite ? le toucher rectal avant la montée dans l’avion ? la code barre tatoué sur la nuque ? la puce implantée sous la peau ?

Je ne sais mais je suis sûr d’une chose : la liberté est chèrement acquise et elle doit être jalousement défendue, ceux qui l’oublient redeviendront les esclaves qu’ils ont été.

Il est temps, grand temps de se révolter et de dire STOP, vous ne passerez pas avec votre idéologie d’extrême droite car nous n’avons pas peur et nous avons décidé souverainement que nous étions libre !

Cataclysme climatique : Le compte à rebours est lancé ?

C’est une nouvelle dont on a peu entendu parler mais qui fait froid dans le dos, une équipe de scientifiques en mission dans l’Arctique russe à constaté la présence d’émission de méthane très importantes.
Les fond marins et les sols gelés du grand nord (permafrost) renferment des quantités énorme de ce gaz à effet de serre très puissant, le gaz est piégé sous forme d’hydrate de méthane dans le fond de l’océan arctique mais une réchauffement de l’arctique rend instable cette molécule ce qui provoque la libération du méthane… Il faut savoir que le pouvoir chauffant du methane est 20 fois supérieur à celui du CO2, une molécule de méthane équivaut donc à 20 molécules de CO2.
Ce constat signerait le début d’une réaction en chaine fatale provoquant une libération apocalyptique de méthane dans l’atmosphère, ce qui accélèrerait le réchauffement climatique dans des proportions inimaginables.
Les scénarios catastrophes actuels (+6 C° de réchauffement) pourraient faire sourire dans quelques années.
Un réchauffement supérieur à 6 C° remettrait probablement en cause l’existence même de l’espèce humaine.
Il y a de quoi être inquiet, très inquiet même, il est donc parfaitement normal que cette nouvelle ne fasse pas la une du 20h.

Source : http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2200

Les scientifiques ont découvert la preuve que les fonds marins de l’Arctique commencent à libérer dans l’atmosphère des millions de tonnes de méthane, un gaz à effet de serre 20 fois plus puissant que le dioxyde de carbone. Les chercheurs ont pu observer le bouillonnement provoqué par le gaz à la surface de la mer.
Par Steve Connor, The Independent, 23 septembre 2008

The Independent a pris connaissance d’une partie des premiers résultats obtenus, qui suggèrent que le gaz méthane contenu dans d’énormes gisements sous-marins en Arctique s’échappe vers la surface en raison du réchauffement et de la disparition des glaces.

Le comportement de ces réserves souterraines de méthane revêt une importance majeure car les scientifiques pensent que leur libération subite dans l’atmosphère a provoqué par le passé une augmentation rapide de la température terrestre, entraînant des bouleversements du climat et même une extinction massive d’espèces. Les scientifiques embarqués à bord d’un bateau scientifique qui a navigué sur toutes les côtes nord de la Russie ont découvert des concentrations intenses de méthane – allant parfois jusqu’à 100 fois les niveaux habituels – sur plusieurs zones, couvrant des milliers de kilomètres carrés sur le plateau continental sibérien. Poursuivre la lecture de «Cataclysme climatique : Le compte à rebours est lancé ?»