Archives pour le mot-clé «démocratie»

Page 2 sur 5

Nos amis les flics, suite des épisodes

Une vidéo compromettante pour nos amis les flics, encore une…
Pour une vidéo publiée sur internet combien de passage à tabac commis dans l’indifférence ?
Combien de crimes restés impunis ?
Il faut montrer ces choses, montrer le mépris de cette police pour les valeurs républicaines et les Droits de l’homme.
Ils ne peuvent plus se cacher maintenant, nous avons des appareils photo, des caméras et internet pour montrer tout ces abus.
Quand vous assistez à une interpellation filmez là s’il vous plait, si tout se passe bien vous l’effacerez, mais filmez, on sait jamais et surtout diffusez ces images car les choses changent quand on les montre.
Les policiers vous surveillent mais qui les surveille ?
Dans une démocratie la police doit être surveillée et elle doit rendre des comptes.
Les flics n’aiment pas ça, aussi il convient d’être discret car ils tenteront de casser votre caméra ou de confisquer votre appareil photo.

 
icon for podpress  Flash Video: Play Now | Play in Popup

Pour en finir avec le délit d’outrage.

la_france_d_apres

Le délit d’outrage vous connaissez ? c’est cette loi passe partout qui permet à n’importe quel flic de vous coller en garde à vue au moindre mot de travers et d’arrondir ses fins de mois par la même occasion.
Interdit de critiquer les flics, interdit de leur dire des choses déplaisante comme « vous faites mal votre travail« , « à votre place je changerais de métier…«   etc etc.
flic-2Tout ça se transforme en outrage en moins de temps qu’il ne vous en aura fallut pour ouvrir votre bouche, un coup de tonfa en pleine figure pour vous apprendre les bonnes manières et le respect dû aux représentants de la loi, menottes après vous avoir cassé le bras et vous avoir copieusement insulté de « pd« , « bougnoule« , « salope« , « macaque » (eux ils ont droit, c’est pas de l’outrage quand c’est un flic qui le dit) et hop direction la garde à vue et de longues heures d’humiliation…
Vous savez que la moindre remontrance peut couter très cher, alors on se tait, on baisse les yeux et on se laisse humilier par le primate en uniforme…on évite de l’énerver, on évite de se foutre de sa gueule même s’il y a de quoi, on le flatte… on s’époumonne devant ses blagues à la con et on dit « merci monsieur l’agent, j’le r’frais pus« .
Le flic de base est un raté qui a une revanche à prendre sur la vie, il déteste les gens instruits, alors si vous ne voulez pas passer un mauvais quart d’heure évitez de le dominer intellectuellement, ne lui montrez pas que vous lui êtes supérieur car il vous le ferait payer très cher, soyez modeste, humble, mettez vous à son niveau.
C’est dur je sais, très dur mais c’est à ce genre de contorsion que nous force la loi.
Les mauvais flics ça se vire et la loi ça se change ! Il faut demander l’abrogation de ces lois imbéciles et liberticides concoctée par la droite mais aussi par nos « amis » socialistes… la honte !
Allez donc signer la pétition pour l’abrogation du délit d’outrage sur le site de la Ligue des Droits de l’Homme.
Vous pouvez aussi en savoir plus ICI.
Je vous encourage aussi a écouter les 2 émissions de La bas si j’y suis (l’émission de Daniel Mermet sur France Inter) consacrées aux abus de la flicaille, ICI et ICI

Vous pouvez télécharger ce kit de survie Face à la police au cas où, on sait jamais par les temps qui courrent…
Vous pouvez télécharger le dernier rapport d’Amnesty internationale sur les abus de la police française ICI :

Global résistance sur France 4

global_resistance

C’est une nouvelle émission de France4 vraiment pas mal.
J’aime beaucoup le ton impertinent de la voix off.
Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un programme qui va à la rencontre d’activistes aux quatres coins du monde.
Pacifistes, écologistes, artistes, syndicalistes avec un point commun : changer ce monde qui tourne à l’envers.
J’ai bien aimé le reportage sur le mouvement Freegan, ces gens qui refusent la consommation et qui récupèrent tout dans les poubelles.
Voir leur site : http://freegan.info/
On peut visionner la dernière émission en ligne ici : http://www.france4.fr/global-resistance/
Une bonne émission qui donne des idées.

Une amie me donne un tract.

image00071

Ce matin au marché une amie que je salue au passage me donne un tract pour la défense du pouvoir d’achat des retraités.
2 semaines avant on me donne un tract pour défendre l’hôpital et la marchandisation de la santé, avant c’était pour les chômeurs et encore avant pour les facs etc…
Et à chaque fois une occasion de manifester, protester…
Manifester contre quoi ? Protester contre quoi ?
Contre le rouleau compresseur libéral qui appauvrit et permet aux riches de s’enrichir sur le dos de la population humaine.
La machine à appauvrir nous écrase et chacun essaie de l’arrêter avec ses petits moyens quand il la voit arriver…
Je veux défendre ma maison, celle du voisin c’est autre chose.
Le retraité manifeste contre les pensions de misère qui permettent à peine de vivre après une vie de travail, les jeunes veulent des conditions dignes pour étudier, les malades veulent être soignés, les chômeurs veulent de travail pour sortir de la misère… Quoi de plus normal ?
Finalement, toutes ces personnes se battent contre la même chose, contre cette économie du malheur mais ils ont juste oublié une chose : se battre ensemble.
J’aimerais voir les retraités mains dans la main avec les ouvriers mains dans la main avec les étudiants mains dans la main avec les malades mains dans la main avec les chômeurs mains dans la main avec les…retraités !
Seule l’UNITE des luttes permettra de détruire ce système pourri et nous aidera à reconstruire une autre société.
Ceci étant je vous encourage à soutenir les retraités même si vous n’êtes pas concerné par le pouvoir d’achat des retraités.

Texte intéressant sur la démocratie

lecon-de-democratie

Un article intéressant sur le Blog Le Monolecte.

La démocratie est le moins pire de tous les systèmes… mais il s’agit là d’un point de vue essentiellement majoritaire.

Le jeu démocratique est simple : tout le monde vote et les plus nombreux remportent le morceau. Évidemment, c’est un peu gênant pour les autres, ceux qui sont un peu moins nombreux, qui ne sont pas d’accord avec le choix du plus grand nombre, mais qui vont devoir faire avec quand même. Comme l’explique si bien l’ami Claudius, l’épineux problème des minorités est le talon d’Achille du système démocratique. Surtout que la majorité peut très bien se tromper. Ou être trompée. Quoi qu’il en soit, le résultat est toujours le même : le troupeau impose sa volonté à tous.

La dictature de la majorité peut paraître comme le meilleur moyen de contenter le plus de monde possible. Logiquement, l’intérêt du plus grand nombre est toujours défendu, à défaut de pouvoir satisfaire l’ensemble de la population dont les intérêts peuvent être franchement antagonistes. D’un point de vue sociologique, la démocratie implique forcément la domination permanente des classes sociales à effectif réduit par le ventre mou du plus petit dénominateur commun, à savoir l’hyperclasse démographiquement dominante. C’est ainsi qu’on peut estimer logiquement que le pouvoir serait l’émanation incontournable de la volonté politique de cette construction sociologique improbable qu’est la fameuse classe moyenne. La classe moyenne n’existe pas réellement, ce qui compte, c’est que le plus de monde possible croit en faire partie et avoir donc des intérêts communs. La plupart de ceux qui barbotent dans le cul-de-bouteille du dernier décile des revenus français sont intimement convaincus qu’ils ont un destin commun avec les crevards qui tentent de s’extraire à la force du poignet des méandres du premier décile, c’est-à-dire tous ceux qui rament avec moins d’un SMIC par mois. Toutes composantes de la société se rêvent dans la moyenne, dans la rassurante tiédeur de ceux qui n’ont ni trop, ni pas assez ; et c’est ainsi que des groupes politiques qui œuvrent pour le bien-être d’un petit groupe de personnes qui pourrait tout entier tenir dans une cabine téléphonique arrivent à déclencher un effet de masse qui légitime leur action aux yeux du plus grand nombre.

La suite de ce très bon texte ICI

Virez moi cette bonne à rien ! qu’on les dégage tous !

Écoutez donc ça :

 
icon for podpress  Flash Video: Play Now | Play in Popup

 
icon for podpress  Flash Video: Play Now | Play in Popup

Incroyable n’est-ce pas…
Voila ce qui arrive quand l’avancement d’une personne dépend plus de son carnet d’adresses et des caprices d’un homme qui communique plus qu’il n’agit et qui confond politique et coups médiatiques, quand le futile prend le pas sur les qualités personnelles, l’engagement, l’éthique,  la compétence, et si je peu me permettre un gros mot par les temps qui courrent : l’humanité…
On met en place des bons à rien et on s’étonne que tout va mal dans ce pays ?

On s’étonne que les jeunes cessent de respecter l’autorité ? mais en quoi  l’autorité es-elle respectable ?
On s’étonne que des salariés désespérés choisissent de plus en plus le coup de force, mais y’a t’il une alternative à la lutte violente et au coup de force ?
On s’étonne que le peuple écoeuré par le comportement de ceux qui prétendent le diriger ou le représenter se détourne de la mascarade « démocratique » en renonçant au premier de ses droits, celui de voter… Voter, mais pour qui ?! pour de tels guignols !!

Bien entendu je ne mets pas les politiques dans le même sac, je ne confonds pas l’engagement sincère d’une poignée d’hommes et femmes admirables avec cette calamité publique.
Nous avons encore des gens valable mais il faut être lucide, la politique est tombée bien bas et je ne vois pas ce qui pourrait la relever de cette fange mentale dans laquelle elle se vautre depuis tant d’années si ce n’est un sursaut salvateur, celui du noyé qui reprend son souffle, celui de la dernière chance avant de sombrer dans la tyrannie.
Que ce soit cette nullité de Dati ou ce clown grotesque et grossier de Lefevre, comme d’autres, ne sont pas le problème, mais le symptôme de ce déclin.
Si nous voulons reconstruire la société, il faut être vigilant au choix de ceux qui prétendent nous diriger.
La politique c’est sérieux, ne l’oublions pas si nous voulons éviter d’avoir un jour à verser des larmes…
Quand vous voterez aux prochaines élections, prenez le temps de bien réfléchir et demandez-vous qui sont ces gens à qui vous donnez le pouvoir de parler en votre nom…

Jancovici sur France inter.

h_9_ill_970355_par1239454

Écoutez cette intervention très intéressante de Jean Marc Jancovici sur la nécessité de changer de civilisation face à la pénurie de ressources.
Jancovici est consultant, spécialiste des questions d’environnement et d’énergie, son mérite : dire les choses avec clarté et sans détour.
Jancovici est un ingénieur, avec lui pas de longues phrase, pas de longues théories complexes sur la manière de faire évoluer nos sociétés, son analyse est directe, c’est celle d’un technicien face aux faits, contraint de les admettre dans tout leur rudesse.
C’est un pragmatique.
J’ai toujours trouvé qu’il était rude mais je lui reconnais le mérite de dire les choses.
Il est l’auteur du site suivant : http://www.manicore.com/

Source :France Inter, CO2 mon amour

 
icon for podpress  Standard Podcast: Play Now | Play in Popup

L’appel des appels.

resistance1

«Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture, attirons l’attention des pouvoirs publics et de l’opinion sur les conséquences sociales désastreuses des réformes hâtivement mises en place ces derniers temps. A l’Université, à l’école, dans les services de soins et de travail social, dans les milieux de la justice, de l’information et de la culture, la souffrance sociale ne cesse de s’accroître. Elle compromet nos métiers et nos missions. Au nom d’une idéologie de « l’homme économique », le pouvoir défait et recompose nos métiers et nos missions en exposant toujours plus les professionnels et les usagers aux lois « naturelles » du marché. Cette idéologie s’est révélée catastrophique dans le milieu même des affaires dont elle est issue. Nous, professionnels du soin, du travail social, de l’éducation, de la justice, de l’information et de la culture, refusons qu’une telle idéologie mette maintenant en « faillite » le soin, le travail social, l’éducation, la justice, l’information et la culture. Nous appelons à une Coordination nationale de tous ceux qui refusent cette fatalité à se retrouver le 31 janvier 2009 à Paris.»

La résistance aux « réformes » brutales et imbéciles de ce régime commence à s’organiser, voici l’appel des appels publié sur le site de Libé.

J’espère vraiment que naitra de cet appel un souffle nouveau qui balaiera ces incapables.
Le mépris affiché par la droite pour nos libertés et les valeurs humanistes et progressistes est stupéfiante, la brutalité avec laquelle ces pseudo reformes sont mise en œuvre est révoltante.
J’espère vraiment que les Français n’accepteront pas longtemps un tel recul.
Le marché et le fric ne doivent pas avoir le dernier mot dans une société qui se prétend civilisée car pour moi l’incompatibilité est évidente, entre le fric et la civilisation il faut choisir.

Cet appel dénonce « l’homme économique », je crois qu’il s’agit bien de ça, de la lutte féroce des puissances d’argent pour dominer tous les pans de la société, bien au delà des luttes corporatistes qui sont souvent vouées à l’échec c’est de ce combat, de cette résistance à cette forme de barbarie qu’il faut s’imprégner.

La droite sarkozyste est complètement passée à côté de la nature véritable des humains que nous sommes en nous traitant comme des unités de production et de consommation, en focalisant toute sa politique sur le travailler plus pour gagner plus…
Pour gagner QUOI au juste ? et pour en faire QUOI et au profit de QUI ?
A cette quête de sens sarkozy (chanoine de Latran) nous propose la prière et la compagnie des curés… le progrès quoi !
A ces questions essentielles la droite (la plus bête du monde, suivie de près par la « gauche » la plus con du monde…) ne répond pas car toute sa vision se réduit à un logique comptable, implacable de destruction de ce qui a été : une certaine vision de l’homme.
On nous dit qu’il faut travailler plus, du matin au soir, du soir au matin, travailler, travailler !!!
On nous dit qu’il faut faire des économies mais à n’importe quel prix les économies ? la santé de nos enfants, de nos grands parents à t’elle un prix ?
L’éducation de nos enfant a t’elle un prix ? la liberté et le respect de la dignité humaine a t’elle un prix ? la justice a t’elle un prix ?
On nous explique que l’intérêt de l’économie est incompatible avec les valeurs qui on fait de la France un phare pour le monde, que c’est ringard, dépassé…
La démocratie c’est dépassé ? les Droits de l’homme c’est dépassé ?
La droite ne répond pas car elle ne se sent pas concernée par nos interrogations, il faut faire des économies point à la ligne sauf sur le dos des banquiers et des plus riches, réalisme économique oblige…
Logique contradictoire, stupide qui s’effondre comme un château de carte !
Pot aux roses tragique qui n’a qu’un seul objectif : prendre à tous pour donner à quelques uns…
La droite est programmée comme un ordinateur idiot, sa logique imbécile peut donner l’illusion de marcher sur le papier mais elle ne sera pas applicable a des êtres vivant et a des sociétés civilisées car elle est inhumaine par nature, elle a oublié que nous n’étions pas des machines, mais l’a t’elle jamais su ?

flics américains : encore une bavure.

6902

L’année commence bien mal pour les habitants d’Oakland, la police vient de leur rappeler qu’elle pouvait les abattre comme des chiens à la première incartade.
Ils ont même fait un exemple en assassinant dans les couloirs du métro le jeune Oscar Grant, 22 ans, abattus d’une balle en plein dos alors qu’il ne menaçait personne.
La scène à été filmée, ils ne pourront pas mentir comme ils le font si souvent en racontant que la victime les menaçait…
Je dénonce régulièrement les bavures policières sur ce blog, il faut dire que la matière ne manque pas malheureusement.
Une bavure de plus, un crime de plus qui restera probablement impunis tant l’impunité de ces ennemis de la liberté est grande.
Il faudra bien un jour ou l’autre poser le problème de l’armement des policiers dans des sociétés qui se prétendent démocratiques.
Je pose la question : est-ce bien prudent de confier des armes à des policiers ?
En attendant des progrès dans ce domaine, j’encourage chaque personne à filmer autant que possible les actions des flics car la meilleure protection pour les citoyens que nous sommes c’est qu’ils se sachent surveillés !
Quand vous assistez à une arrestation ne détournez pas les talons, restez sur place, observez car c’est votre droit, ne vous laissez pas intimider par les flics qui aiment agir à l’abris des regards, sortez  votre portable, votre appareils photo, votre dictaphone ou votre caméra et filmez, enregistrez, on sait jamais, ça peut servir…

 
icon for podpress  Flash Video: Play Now | Play in Popup

Pratiques policières indignes, on a l’habitude…

Un journaliste de Libération a été arrêté chez lui par des policiers, menotté devant ses enfants, emmené au poste, fouillé, déshabillé avec fouille au corps suite à une plainte pour meurtre ? acte de terrorisme ? non, bien plus grave…diffamation contre le PDG de Free suite à un article dont il n’est même pas l’auteur.
C’est en qualité de directeur de la publication que sa responsabilité s’est trouvée engagée…
Un juge a trouvé bon d’ordonner cette arrestation.

On rêve ? non car c’est la triste réalité de notre pays qui semble avoir tourné le dos au respect des libertés fondamentales et de la dignité humaine.
Ces abus, cette brutalité des forces des l’ordre mais aussi des juges, cette impunité nous la connaissons, nous la dénonçons mais nos dirigeants considèrent sans doute que le droit à ce qu’ils appellent la « sécurité » prime sur le respect de la dignité humaine et des libertés individuelles…

Il est aussi étrange de voir que ce genre d’affaire devient inadmissible seulement quand il s’agit d’un journaliste de « grand » médias, d’un PDG ou d’un homme politique connu…
C’est pourtant le sort réservé à des milliers de personnes chaque année dans notre beau pays des droits de l’homme.
Ces personnes n’ont que très rarement les colonnes d’un « grand » journal comme Libération pour exprimer leur révolte devant de tels abus devenus hélas d’une triste banalité.

Que ce monsieur filippis sache que dans son malheur il a été chanceux, il aurait pu être molesté par ces « policiers », il aurait pu être incarcéré avec tout ce que cela suppose de dénis de la dignité humaine…Sa parole aurait pu être remise en cause, les policiers coutumier du fait auraient pu lui coller un délit d’outrage etc etc, et tout cela en tout légalité dans notre merveilleuse république des droits de
l’homme…

Je n’entend que très rarement les médias français dénoncer ces abus intolérables à la liberté et à la dignité humaine.
On ferme les yeux sur les violences policières, les arrestations arbitraires, les humiliation, les conditions de garde à vue et de détention indignes et on s’étonne.
On laisse le discours sécuritaire faire ses ravages sans mesurer à quel point le recul des libertés individuelles nous concernent tous, quand la liberté de quelques un recule c’est LA liberté, NOTRE liberté qui recule, ne l’oublions pas…

On attend les sanctions contre ce genre de policiers et de magistrats…

Stupeur après l’interpellation d’un dirigeant de Libération

J.B. et C.M. (lefigaro.fr) Avec AFP

L’interpellation musclée de l’ex-directeur de la publication du quotidien, contre qui avait été délivré un mandat d’amener dans une banale affaire de diffamation, suscite l’indignation. Poursuivre la lecture de «Pratiques policières indignes, on a l’habitude…»

Comment des crétins incultes ont-ils réussi à s’imposer à Washington ?

Voici un texte très intéressant sur l’ascension d’individus bas de gamme comme G.W. Bush, S. Palin.

Ces gens n’auraient jamais eu la moindre chance d’être propulsés à de tels postes de responsabilité il y a encore 40 ans, mais les choses ont bien changé, de nos jours il est très tendance pour le politocard de base de montrer qu’il est aussi cons que ses électeurs, de le revendiquer et même d’en être fier… Il s’imagine que les bestiaux affalés sur leurs canapé seront très sensible à une tel hommage à leur connerie.
C’est une plus value évidente pour les démagogues, qu’ils soient de droite ou de gauche.

En France nous avons Sarkozy, expert en parler populaire… Voir le « parler » sarkozy, ses mimiques, ses accents de sincérité ponctuées de fausses évidences qui fleurent bon le café du commerce… Comment rester insensible à un tel hommage à la bêtise ? Il n’y à que les gauchistes du café Flores qui ne le comprennent pas, mais le peuple est avec lui et c’est ça l’essentiel… c’est du moins ce qu’il essaie de nous faire croire.

Il faut faire simple car le peuple est con par nature et il ne faut pas chercher à le rendre plus intelligent que nécessaire pensent ces démago…
Le texte pointe la dégradation continue du système scolaire laïc, le renforcement du fondamentalisme religieux aux USA.
Je suis d’accord avec cette analyse et j’ajouterai que le capitalisme fait rarement bon ménage avec la culture et la connaissance qui sont difficilement monnayables.
Le savoir est encombrant et même hostile aux valeurs du capitalisme car il rend le consommateur méfiant et exigeant… il l’amène à douter, à relativiser et même à contester.
L’intelligence c’est la subversion, le communisme, le diable.
La bêtise c’est la soumission, l’ordre et la continuation de ce qui a toujours été : l’exploitation de l’homme par l’homme.
Ainsi le capitalisme à œuvré pour détruire les verrou qui gênaient sa suprématie, il y est presque parvenu.
Espérons que les prochaines élections Américaines nous démontrent que les Américains ne sont pas aussi cons que nous sommes en droit de le craindre…

Comment des crétins incultes ont-ils réussi à s’imposer à Washington ?

MONBIOT George

Le déclin de l’intelligence et de l’érudition dans la politique américaine résulte d’une série de calamités imbriquées les unes dans les autres.

Comment a-t’on pu laisser faire ? Comment la politique aux États-unis en est-elle venue à être aux mains de gens qui font de l’ignorance une vertu ?

Est-ce la compassion qui a permis au plus proche parent de l’espèce humaine sur terre d’effectuer deux mandats à la Maison Blanche ? Comment Palin, Dan Quayle et d’autres embrumés du cerveau ont-ils pu arriver là où ils sont ? Comment les meetings de la campagne présidentielle de 2008 des Républicains ont-ils pu être couverts par les vociférations des grandes gueules incultes qui soutenaient que Barack Obama était musulman et terroriste ? Poursuivre la lecture de «Comment des crétins incultes ont-ils réussi à s’imposer à Washington ?»

Précarisé, appauvri, terrorisé, méprisé, humilié.

Qui ? qui ?
Vous, moi, nous.
C’est le bilan que je tire de l’évolution des choses depuis une 20aine d’années.

Précarisés nous le somme par un système économique absurde qui a non seulement renoncé à servir les intérêts de la population humaine en faisant du marché le centre de gravité du système et les détenteurs du capital les principaux bénéficiaires de cette logique folle mais aussi en détruisant durablement les éléments constitutifs de toute société civilisée comme les solidarités, la confiance dans l’avenir, le développement personnel…

Appauvris nous le sommes depuis 20 ans, nous travaillons de plus en plus pour en avoir de moins en moins dans la poche, nos vies sont rythmées par le monde du travail, toujours plus brutal et plus exigeant et la consommation effrénée de biens pour la plupart inutiles en guise de palliatif, nous cédons des pans entiers de nos existences à la logique économique et nous oublions l’essentiel : nos proches, nos amis, notre vie intime, la culture, la spiritualité et la lutte pour une autre façon d’exister.
Il s’agit là du plus grave, de la plus insidieuse menace pour notre liberté, je parle de l’appauvrissement mental, celui qui fait des nous des producteurs machinal et des consommateurs compulsifs.
Cette énergie précieuse, celle qui fait de nous des hommes, des femmes, est littéralement pompée par la logique économique, en témoigne les politiques menées depuis 10 ans en faveur de la logique économique, toujours au dépend de la vie intime des individus et de leur qualité de vie.
C’est un véritable viol de nos consciences dont il s’agit.

Terrorisés nous le somme par la fausse violence affichée des médias, les « terroristes » nous menaceraient sois disant… combien ont ils fait de mort au juste ces 10 dernières années en comparaison des destruction insensées produite par les armées de la liberté et du bien aux quatre coins de la planète ?

Terrorisés nous le somme en fait par la peur de perdre le peu que nous avons, la peur de perdre l’emploi qui nous permet de survivre, la peur d’être radiés du chômage, la peur de se voir refuser le RMI par une décision administrative absurde, la peur d’être mis à la porte de son logement et de se retrouver sdf… et la peur des fin de mois, interminables souffrance, inutile et atroce.
Cette peur là ils nous l’ont mis dans nos têtes, ils ont fait de nos vies une enfer pour leur plus grand bonheur, celui des riches, des possédants, jamais rassasiés, jamais comblés.

Méprisés nous le somme par cette police omnipotente, autoritaire qui sert les intérêts des possédants, comme d’habitude…
Méprisés par cette classe de politocard qui ont oublié qu’ils étaient à notre service et par ces cohortes la larbins médiatiques, dociles au service des mêmes, encore et toujours eux…

Humiliés, enfin ! le taser, le scanner qui dévoile notre intimité au regard inquisiteur des flics, les caméras qui nous épient et nous ravalent au rang de criminels potentiels.
Tout cela est la marque de notre servitude présente et future.
La suite ? le toucher rectal avant la montée dans l’avion ? la code barre tatoué sur la nuque ? la puce implantée sous la peau ?

Je ne sais mais je suis sûr d’une chose : la liberté est chèrement acquise et elle doit être jalousement défendue, ceux qui l’oublient redeviendront les esclaves qu’ils ont été.

Il est temps, grand temps de se révolter et de dire STOP, vous ne passerez pas avec votre idéologie d’extrême droite car nous n’avons pas peur et nous avons décidé souverainement que nous étions libre !

Ils font bouger la france, vraiment ?

Ils font bouger la France sois disant… qui ? eux bien entendu !
Le petit monde politico-médiatique, cette mafia composée de bons à rien, de voleurs et de pédants.
Vous connaissez cette émission de propagande de france 2 ?
L’émission est présentée par Mme borloo, alias béatrice schonberg, ex présentatrice du 20h.
La dernière était consacrée à la crise du logement avec boutin comme invité.
Pour être franc j’ai pas regardé, je ne regarde plus ce genre d’émission depuis des années car je sais comment ce genre d’émissions fonctionnent…
Le collectif Jeudi noir lève le voile sur ce genre d’imposture médiatique, voici un témoignage qui rappelle ce que toute personne bien informée sait déjà.

Les coulisses d’une émission biaisée

Ce soir mardi 14 octobre, vous pourrez voir en prime time sur France 2 une émission entière consacrée à la crise du logement, intitulée Ils font bouger la France. Une émission présentée par Béatrice Schönberg, par ailleurs épouse de Jean-Louis Borloo, lui-même prédécesseur de Christine Boutin à la tête du ministère du Logement. A priori, on ne peut que se féliciter que le débat politique, sur un thème aussi crucial, s’ouvre pendant deux heures à une heure de grande écoute.

C’est d’ailleurs pour cela que dès que les journalistes de cette émission ont contacté Jeudi Noir, en juin dernier, nous avons tout fait pour les aider : des réunions avec eux, des conseils pour rencontrer des mal-logés donnés à la pelle,des reportages sur nos réquisitions, l’explication de nos revendications, etc.

Et quand il nous a été proposé d’intervenir sur le plateau de l’émission face à Christine Boutin, nous avons accepté, pour porter le débat sur sa loi qui arrive ce même jour au Parlement, ses défauts et ses insuffisances.

Vous comprendrez en regardant l’émission pourquoi nous avons déchanté…

Pourtant, notre collectif a désormais une assez grande expérience des médias. Et même si nous ne nous faisons pas de grandes illusions sur leur capacité à mettre en scène des débats sur le fond, nous arrivons presque tout le temps à glisser des éléments de compréhension sur les causes politiques de la crise du logement, et à faire entendre la voix des mal-logés.

La suite de ce très bon texte ICI.