Archives pour le mot-clé «énergie»

Yves Cochet, un sage chez les Verts.

130607_cochet_campagne46

Yves Cochet fait partie de ces hommes qui m’auraient fait rester chez les Verts s’ils y avaient été plus nombreux.
Pour l’avoir croisé à deux ou trois reprises, je ne peux que souligner la grande lucidité de cet homme sur l’état de notre civilisation.
Le constat est clair, nous allons dans la joie et l’allégresse droit au mur et ne comptez pas sur nos hommes politiques pour y changer quoi que ce soit.
C’est là le drame de notre temps, une cécité généralisée et une incapacité à imaginer un avenir viable pour l’humanité.
Ce n’est pas du catastrophisme, mais du réalisme, le modèle productiviste trouve déjà ses limites et c’est la nature qui fixe ses limites…
Bien entendu des gens comme Yves Cochet son raillés, moqués, mais qu’importe le rire des imbéciles, un jour ils ne riront plus.
Écoutez Yves Cochet…

 
icon for podpress  Standard Podcast: Play Now | Play in Popup

En France on a de la merde mais pas d’idées !

lapin_cretin_toilettes

C’est à ce triste constat que je dois me résoudre.
La France produit de le merde comme partout dans le monde, assez probablement pour faire rouler toutes les bagnoles de la planète avec la clim en marche mais il faut aller dans les pays du nord pour trouver des gens assez malins pour transformer tout ça en puits de pétrole.
En France on nous dira que c’est pas possible, trop compliqué, trop cher, trop ceci, trop cela… C’est toujours la même pensée sclérosée à l’oeuvre, les mêmes conservatisme, cette frilosité qui nous condamne à être à la traine des autres pays.
Dommage !

Rouler “propre” grâce aux égouts à Oslo.

La clé de l’énergie “propre” se trouverait-elle au tréfonds des égouts? L’idée fait son chemin dans la ville d’Oslo qui envisage de mettre en service des bus roulant au biogaz extrait des eaux usées.

A compter de l’été 2010, de nouveaux bus devraient sillonner l’agglomération de la capitale norvégienne, alimentés par un carburant produit dans un bel élan collectif, mais sans doute à leur insu, par les habitants.

“On gagne sur tous les tableaux: ça présente un bilan carbone neutre, ça ne pollue presque pas, c’est moins bruyant et c’est renouvelable à l’infini”, explique à l’AFP Ole Jakob Johansen, un responsable du projet au sein de la municipalité.

Le carburant, le méthane généré par la fermentation des boues, proviendra de la station d’épuration de Bekkelaget, qui voit transiter les déjections de 250.000 citadins.

“En allant aux toilettes, une personne produit huit litres d’équivalent diesel par an. Cela semble peu mais, multiplié par 250.000, ça permet de faire rouler 80 bus, à raison de 100.000 km chacun”, souligne M. Johansen.

Comparé au diesel, le biométhane –ou gaz naturel pour véhicules (GNV)– représente une grande avancée: outre sa neutralité en carbone, il permet une réduction de 78% des émissions d’oxyde d’azote et de 98% particules fines, deux facteurs de maladies respiratoires notamment, et de 92% du bruit. Poursuivre la lecture de «En France on a de la merde mais pas d’idées !»

La vie d’un truc…

sos_button

Brosse à dents en plastique, rasoir jetable, jeans slim à la mode, préservatif, CPU intel (c), revue porno, couche culotte jetable, cassette pour apprendre l’Hebreux en 10 mn, machin qui désodorise les toilettes, souvenir avec un coquillage collé sur une carte postale de merde….
Des “trucs” j’en ai plein à la maison, vous aussi ?
Des “trucs” on en a des tonnes, nous sommes envahis par les “trucs”, nous travaillons pour avoir des “trucs”, nous souffrons pour accumuler des “trucs”, nous polluons pour fabriquer des “trucs” et nous mourrons parfois pour ces “trucs”…

Regardez l’excellent film d’Annie Leonard “The story of stuff” en version sous titrée (plus bas) ou alors en cliquant sur cette bannière :200x57_sos_bannerhorzsm1

Ce film est génial et je vous encourage vraiment à le montrer à vos amis car il aide à comprendre la relation qu’il y a entre notre mode de vie basé sur un consommation effrénée et la destruction des écosystèmes de cette planète.
Un exposé remarquable d’intelligence qui devrait être diffusé dans toutes les écoles.
Le film dure une 20aine de mn.

 
icon for podpress  la vie d'un truc: Play Now | Play in Popup

Tout augmente et l’égoïsme dans tout ça ?

pnud

Ce graphique représente l’évolution depuis 2000 des prix au niveau mondial de l’énergie, l’alimentation et les métaux.
On constate un quadruplement des prix.
Le plus gênant dans cette affaire ce n’est bien évidement pas que nous habitants des pays riches payions plus cher notre gaz ou notre nourriture, non le plus gênant c’est que dans le même temps les plus pauvres  n’ont pas vu leur “revenus” évoluer…
Les choses ont-elles des chances de changer en 2009 ? la crise permettra-t’elle une prise de conscience salutaire ? l’élection de Jésus Chr… je veux dire Obama, permettra-t’elle l’émergence d’une nouvelle sensibilité politique au niveau mondial ?
Ces questions nous nous les posons à chaque fois à la même période de l’année, nous devenon le temps d’un réveillon de grands humanistes petris de morale et de principes et le reste de l’année que faisons-nous ?
Avant de s’interroger sur l’évolution du monde commençons par nous interroger sur nous même : suis-je capable d’évoluer, de changer ? suis-je capable de penser à autre chose qu’à ma pomme ? et que puis-je faire pour changer les choses dans le bon sens ?
Voilà la vraie question qui détermine tout le reste.

Un projet comme on aimerait en voir plus souvent.

Un ami m’a envoyé cette info intéressante sur un projet d’installation d’une centrale hydraulique dans sa région :

Dans ce monde tout est possible, y compris de le faire changer à force de petites initiatives. Pour preuve, ce projet d’un seul homme de réhabiliter une centrale hydraulique laissée à l’abandon depuis des années parce que non rentable. Cet homme, délaissé des institutions publiques, c’est endetté pour ses croyances. Un autre monde est possible, soyons-en les maçons, apportons chacun notre brique!

Ça va turbiner sur l’Aube !

Un passionné d’énergies renouvelables veut faire revivre la centrale hydroélectrique des Forges de Clairvaux …

Il y a moins de cinquante ans, on comptait quatre centrales hydroélectriques sur le cours de l’Aube, entre Bayel et Lonchamp-sur-Aujon, soit une douzaine de kilomètres. Pontôt et la Taillerie dans la première commune citée, les Forges de Clairvaux et la Pointerie sur la seconde. Jugées peu rentables ou dépassées, ou encore ne produisant pas assez de courant, elles furent toutes abandonnées.

Il a fallu l’engouement d’un homme épris d’environnement et sensible aux énergies renouvelables pour que le destin d’un de ces anciens sites productifs reprenne vie. Pour des raisons personnelles, il préfère taire son nom, mais pas celui de la société fondée qui anime une telle entreprise, la CHBC, en clair, la centrale hydraulique de la Forge basse de Clairvaux.
Le travail pour faire revivre ce site se révèle titanesque. Il faut tout reprendre ! Les fondations de l’ancien pont-vannage construit par les moines cisterciens reposent en effet sur du sable, et de nombreux poids lourds ont emprunté l’ouvrage d’art au fil des ans, faisant fi de la limitation du tonnage.
On retrouve actuellement huit des vannes qui seront maintenues et restaurées, deux seront automatisées. Poursuivre la lecture de «Un projet comme on aimerait en voir plus souvent.»

Produire du courant à partir de la chaleur des gaz d’echapement.

Une équipe de chercheurs Allemands ont eu l’idée d’exploiter le gradient de chaleur qu’il y a entre la température des gaz d’echapement et la température du circuit de refoidissement pour produire de l’électricité.
Cette technologie exploite je suppose l’effet Peltier : quand vous soumettez 2 metaux de nature différente à un flux de chaleur il se produit un flux d’électrons à leur jonction.
2/3 de l’énergie que vous mettez dans votre réservoir sert à chauffer les petits oiseaux en plus de polluer et detraquer le climat, cette électricité pourra alimenter par exemple l’électronique de bord ou recharger la batterie…
On peut imaginer toutes sorte de débouchés à cette chaleur gaspillée.
Question : comment les contructeurs n’y ont pas pensé plus tôt ? 

Produire de l’électricité à partir des gaz d’échappement des véhicules 

Les chercheurs de l’Institut Fraunhofer de techniques de mesures physique (IPM) élaborent actuellement un générateur thermoélectrique permettant de convertir la chaleur d’échappement des voitures en électricité. Poursuivre la lecture de «Produire du courant à partir de la chaleur des gaz d’echapement.»

Bravo Paul Aries.

Paul Aries sur la décroissance filmée en juin 2008, comme d’habitude c’est excellent.
Le noir et blanc est voulu, plus d’explication ici : http://www.dissidence.tv/Accueil.html

 
icon for podpress  Flash Video: Play Now | Play in Popup

 
icon for podpress  Flash Video: Play Now | Play in Popup

Al Gore pense à la survie des Etats-unis.

J’aurais préfère qu’il songe un peu plus à la survie de l’Humanité.
Et puis je m’interroge sur la conversion de certains idéologues de l’économie de marché à la protection de l’environnement… n’y voit ils pas qu’une façon supplémentaire d’accroitre l’emprise du marché sur nos existences ?
Je n’accuse pas Mr Gore de ces arrières pensées mais je sais qu’aux Etats-unis beaucoup voient la protection de l’environnement comme un marché prometteur…

Cette attitude m’attriste, Einstein disait “on ne peut pas résoudre un problème avec l’état d’esprit qui a contribué à le créer”…
Le libéralisme porte une grande responsabilité dans le désastre écologique que nous vivons et je n’ai pas envie d’entendre les gouroux de cette idéologie criminelle nous donner des leçons de vertu.
Je ne sais pas si Mr Gore est sincère, nous verrons bien.

Climat: Al Gore présente un plan ambitieux pour la “survie” des Etats-Unis

AFP – Vendredi 18 juillet, 09h04

WASHINGTON (AFP) – L’ancien vice-président américain Al Gore, lauréat du Prix Nobel de la Paix 2007, a présenté jeudi un plan ambitieux pour que d’ici dix ans, 100% de la production d’électricité des Etats-Unis provienne des énergies renouvelables.
Poursuivre la lecture de «Al Gore pense à la survie des Etats-unis.»

Je vous promets de la sueur, du sang…

…mais la victoire.
C’est un peu comme ça qu’on pourrait résumer la conférence d’Yves Cochet sur la depletion du pétrole.
Cochet est un bon pédagogue, capable de faire passer des notions complexe avec beaucoup d’intelligence.
Écoutez cette conférence de 2h00 et ne soyez pas désespérés car pour avancer il faut connaitre la vérité fut-elle brutale…
Allez voir sur le site du Collectif parisien pour le decroissance.

Le petrole n’est pas assez cher.

Ce matin en allant faire mes courses dominicales je découvre le parking du supermarché bondé… un dimanche matin !
Les gens n’ont manifestement pas encore intégré l’augmentation tendancielle du prix du pétrole dans leurs comportements, ils font comme si de rien n’était.
Comment font ils ? je ne sais pas…
Ils s’imaginent quoi ? que c’est un mauvaise passe et que tout va redevenir comme avant dans quelques semaines ?
C’est dingue quand même de voir à quel point les gens sont intoxiqués par la bagnole… ils y tiennent comme au sein de leur mère, prêt a tout lui sacrifier.
Je pensais naïvement qu’à partir de la barre des 100$ le baril nous commencerions à voir de moins en moins de voiture dans les rues, de plus en plus de vélos et des comportement un peu plus responsables… il n’en est rien malheureusement !
Même spectacle désolant devant la boulangerie : 4 bagnoles garées dont une en double file…. un dimanche matin ! pour acheter la baguette de pain !! si encore il pleuvait…
Le constat est clair et en même temps terrible pour moi : nous détruirons cette planète quoi qu’il arrive, rien n’arrêtera la folie des humains a accumuler, rien si ce n’est un choc terrible, monstrueux, apocalyptique.
Je ne croyais pas à la pédagogie des catastrophes, je reconnais mon erreur.

Mon souhait : un baril à 1000$ avant la fin de l’année.

En Suède on a pas de petrole mais on a de la merde !

La merde, cette substance mal connue, injustement méprisée, pourrait devenir l’or noir de la société du futur.grosse20merde.jpg
Qu’on se rassure, cela n’est pas bien neuf, ça fait un moment qu’on est capable de récupérer ce qu’on appelle pudiquement “le gaz fermier“, du méthane en fait.
Il y a de ci de là des expériences menées pour récupérer ce gaz issu de le fermentation des matières organiques.
Les Suédois qui sont loin d’être des idiots ne se contentent pas d’expérience, ils semblent être passés à la vitesse supérieure en développant des véhicules capable de rouler au méthane.
Nous on rigole… de la merde, pensez donc…
Dans 20 ans quand on verra les progrès de l’industrie Suédoise pour exploiter cette manne on rira moins, on pourra toujours chier. Poursuivre la lecture de «En Suède on a pas de petrole mais on a de la merde !»

Peak oil, c’est ici et maintenant.

 
icon for podpress  Flash Video: Play Now | Play in Popup

mkinghubbert.jpg

Le peak oil désigne le pic de production maximum de la production mondiale à partir duquel sauf miracle la production déclinera inexorablement.
On l’appelle aussi le pic de Hubbert du nom du géophysicien (voir photo) qui l’a mis en évidence dans les années 50.
La théorie de Hubbert nous dit que la production de pétrole ou de toute autre ressource non renouvelable évolue selon une courbe en forme de cloche et qu’il y à donc un maximum au delà duquel la production décline inexorablement…hubbert_aspo_ital.png
L’homme n’était pas trés séxy, austère et en plus il annonçait tel un maitre d’ecole sévère des mauvaises nouvelles, alors on n’a pas écouté.
Bien entendu le monde des années 50 avait d’autres soucis que la fin programmée du pétrole, on sortait de la guerre, les gens voulaient s’amuser, ils ne voulaient pas penser à toutes ces choses… pourtant tous les éléments étaient là, la mise en garde était sans appel…
Il y a eu ensuite le Rapport Meadow par le Club de Rome et la Conférence de Stockholm à la fin des années 60, on pouvait espérer l’émergence d’une conscience planétaire de ces enjeux mais le monde était préoccupé par des choses plus intéressantes comme la guerre contre le peuple Vietnamien. Poursuivre la lecture de «Peak oil, c’est ici et maintenant.»

…mais pour aller où ???

01020114997700.jpg

La famine guetterait elle le monde ?
La famine frappe déjà une bonne part de l’Humanité dans l’indifférence.
Ce fléau qu’on croyait disparu, du moins dans nos contrées, pourraient resurgir.
La cause ? la flambée du prix du pétrole.
Plus que jamais il est nécessaire de se préparer à une transition vers d’autres formes d’énergies et surtout changer de comportement…
Je ne comprends pas que les décideurs ne réagissent pas face à cette catastrophe programmée…
Nous sommes en 14 et personne ne voit le désastre…
Regardez ce reportage de la télévision Belge.

 
icon for podpress  Flash Video: Play Now | Play in Popup