Archives pour le mot-clé «richesse»

Joseph Stiglitz sur France Inter.

Stiglitz est un habitué de la matinale de France inter mais je ne me lasse jamais de l’écouter tant sa pensée est pertinente sur l’évolution du capitalisme.
J’ai déjà parlé de Stiglitz sur ce blog (voir ICI et ICI)
Pour ceux qui ne connaissent pas Stiglitz sachez qu’il est prix nobel d’économie, qu’il a dirigé la Banque mondiale et qu’il a été un proche collaborateur de Clinton dans les années 90 (Clinton aurait été bien inspiré de l’écouter un peu plus…) et qu’il est l’auteur du best seller La grande désillusion et qu’il vient d’écrire un nouveau livre : Le triomphe de la cupidité, livre que je compte me procurer.
La question que je pose est simple : comment se fait-il qu’un économiste aussi éminent soit à ce point ignoré par les bons à rien qui n’ont pas été capable de voir arriver cette crise et qui se prétendent économiste… Vous êtes capable de répondre à cette question vous ?!

Paul Jorion et la crise.

Voici une intervention très intéressante.

Parlons Net reçoit Paul Jorion – 5/6/09
Vidéo envoyée par FranceInfo

Cette semaine, Parlons Net reçoit Paul Jorion. Paul Jorion est anthropologue et sociologue, spécialisé dans les sciences cognitives et l’économie. Il tient aussi un blog très consulté.
Paul Jorion a vécu et enseigné aux Etats-Unis, à Cambridge et à Bruxelles, avant de revenir en France il y a quelques semaines. C’est en 2004 qu’il rédige un ouvrage dont aucun éditeur ne voudra jusqu’en 2006. La Découverte accepte enfin, avec l’appui d’un certain Jacques Attali, de publier “Vers la crise du capitalisme américain” paru en 2007. Paul Jorion y annonce, entre autres, la crise des subprimes. Autant dire qu’il vise juste.
Avec Paul Jorion, on parlera de cette crise, des atouts de l’Europe pour la surmonter par rapport aux Etats-Unis et du libre échange débarassé de la la spéculation qu’il appelle de ses voeux.
Pour l’interroger, Philippe Labarde de Vendredi Hebdo, Philippe Cohen de Marianne2.fr, Samuel Laurent du Figaro.fr et Pascal Riché de Rue89.com.
Son: Pierre Monteil / Sarah Weinberg
Images: Philippe Pallarès

Jacques Généreux, formidable.

Écoutez Jacques Généreux (Parti de Gauche).
Ca fait plaisir de redécouvrir un vrai langage de gauche, radical, débarrassé de la bouillie mentale libérale qui à ruiné la pensée et les espoirs de la Gauche.
Une bouffée d’oxygène.
L’espoir n’est pas mort.

Jacques Généreux Saintbrieuc
Vidéo envoyée par Frontdegauche-Ouest

Meeting du Front de Gauche à Saint-Brieuc – Circonscription Ouest – Élections européennes du 7 juin 2009

Arcelor mittal, un géant avec une petite bite…

555_25_image_hist_ima_aujourdhui

Dans l’univers impitoyable des pitbulls à l’affut d’un morceau de bifteck, on comptera le géant Arcelor Mittal qui dispute à ses stagiaires quelques centaines d’euros.
Leur gratification passera de 75% à 40% du SMIC…
75 % du SMIC, quel luxe ! trop pour les épaules frêles du numéro 1 mondial de  l’acier.
Les 30 stagiaires concernés devront se résoudre à manger des patates tous les soirs ou a bosser chez Macdo pour arrondir leur FAIM de mois.

mittal-2-gIl est vrai que les temps sont durs pour nos amis les capitalistes, prenez par exemple monsieur Mittal, c’est un multi milliardaire (35,1 milliards d’euros de fortune personnelle) certe mais on imagine pas les soucis de ce monsieur : le kérosène de son avion d’affaires a vachement augmenté ces derniers mois et je vous parle même pas des loyers.
Pas moyens de se loger dans un 250 m² londonien à moins de 8 000 $ par mois… trop dure la vie, alors il faut bien trouver un peu d’argent…

mittalpa1511_468x313Rogner sur les petites paies… Grappiller 300 ou 400 euros sur le dos de gens même pas payés au SMIC, voilà la SOLUTION à la crise !!!
Fallait y penser.
Quelques centaines d’euros économisés sur chaque tête de pipe et s’ils ne sont pas contents la porte est grande ouverte… Qu’ils dégagent ces fainéants s’ils ne sont pas contents, non mais !
Y’en a marre de payer les gens, marre, marre !!!

Ah le capitaliste… s’il n’éxistait pas il faudrait l’inventer.

Moi grand naïf je croyais qu’on avait sifflé la fin de la récré, mais ces ordures continuent leur travail de dévastation sociale… Appauvrir, affamer, disloquer, saper le tissus social au nom d’une sois disant rentabilité…

Je vous le dis mes amis, il est grand temps de sortir les couteaux de boucher, grand temps !

NDLR : Une erreur s’est malencontreusement glissée dans mon billet, la demeure londonienne de Mr Mittal est de 4650 m² et non de 250 m².
Les difficultés financières de monsieur Mittal pour payer le chauffage d’une aussi vaste demeure s’expliquent mieux, je retire donc mes attaques infondées contre la famille Mittal.
Une pauvre famille qui essaient de joindre les deux bouts.
Pour aider Mr Mittal a chauffer son luxueux pied à terre londonien je propose d’organiser une quête car je doute que les 400 euros piqués aux stagiaires suffisent.

Me contacter pour les modalités.

Y a pas à dire, la crise a bon dos. La direction d’Arcelor-Mittal a décidé de réduire de plus de moitié l’indemnisation des stagiaires ingénieurs employés sur le site de Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône. Poursuivre la lecture de «Arcelor mittal, un géant avec une petite bite…»

J’exproprie passionnément, à la folie…

chavez_5

Nationaliser c’est bien, exproprier c’est mieux.
À l’époque où Hugo Chavez nationalisait, on osait à peine parler de nationalisation et de salaire maximum en Europe,  sans être taxé de fou furieux rescapé d’un asile de l’ex-URSS ou d’adorateur de Kim Jong Il…
Il y a à peine un an, on osait peu de chose tant la chape de plomb idéologique était puissante.
Le capitalisme régnait en maitre dans les esprits et bien peu étaient capables de lui fixer une limite.
Son expansion sans borne nous promettait des lendemains radieux.
Il y avait bien la progression de la pauvreté, les licenciements, la brutalité des requins de la finance, leur voracité, leur cynisme et la soumission du politique, mais bien peu voulaient voir.

Les « socialistes » en extase devant les prouesses du marché et les tours de passe-passe de la main invisible avaient les yeux de Chimène pour l’économie de marché et le Traité de Lisbonne…
L’amour fou… Poursuivre la lecture de «J’exproprie passionnément, à la folie…»

Yves Cochet, un sage chez les Verts.

130607_cochet_campagne46

Yves Cochet fait partie de ces hommes qui m’auraient fait rester chez les Verts s’ils y avaient été plus nombreux.
Pour l’avoir croisé à deux ou trois reprises, je ne peux que souligner la grande lucidité de cet homme sur l’état de notre civilisation.
Le constat est clair, nous allons dans la joie et l’allégresse droit au mur et ne comptez pas sur nos hommes politiques pour y changer quoi que ce soit.
C’est là le drame de notre temps, une cécité généralisée et une incapacité à imaginer un avenir viable pour l’humanité.
Ce n’est pas du catastrophisme, mais du réalisme, le modèle productiviste trouve déjà ses limites et c’est la nature qui fixe ses limites…
Bien entendu des gens comme Yves Cochet son raillés, moqués, mais qu’importe le rire des imbéciles, un jour ils ne riront plus.
Écoutez Yves Cochet…

 
icon for podpress  Standard Podcast: Play Now | Play in Popup

Un peu d’histoire pour y voir un peu clair…

roosevelt

Ça fait si longtemps qu’on nous désinforme, que des gens nous disent que des choses ne sont pas possible, pas viables, que les inégalités sont justes, qu’on ne peut pas les combattre, qu’on ne peut pas taxer les riches par exemple…
Que tout cela n’est pas possible et n’a jamais existé.
Et pourtant il suffit d’ouvrir des livres d’histoire pour découvrir que des pays ont combattu les inégalités.
Lisez donc cet article c’est intéressant.

Roosevelt n’épargnait pas les riches

Le point de vue de Thomas Piketty, économiste et chroniqueur à «Libé».

La taxation confiscatoire des revenus exorbitants est non seulement possible économiquement, mais souhaitable. En 1932, quand Roosevelt arrive au pouvoir, le taux de l’impôt fédéral sur le revenu applicable aux plus riches était de 25 % aux Etats-Unis. Le nouveau président décide de le porter immédiatement à 63 %, puis 79 % en 1936, 91 % en 1941, niveau qui s’appliqua jusqu’en 1964, avant d’être réduit à 77 %, puis 70 % en 1970. Pendant près de cinquante ans, des années 30 jusqu’en 1980, jamais le taux supérieur ne descendit au-dessous de 70 %, et il fut en moyenne de plus de 80 %. Poursuivre la lecture de «Un peu d’histoire pour y voir un peu clair…»

Bravo Obama !

obama.1201801546.jpg

Obama veut plafonner à 500 000 $/an le salaires des dirigeants d’entreprises renflouées par l’état et certains crient déjà au socialisme…
Heureusement qu’il n’a pas proposé d’aider les plus pauvres, je pense aux millions de malheureux qui ont été virés de leurs baraques et qui dorment dans des tentes par exemple…ça aurait été du marxisme léninisme, voir même du stalinisme…
Pour sortir de telles âneries et manquer à ce point de lucidité on mesure la dose d’intolérance, de bêtise, de sous développement mental des adversaires du président Obama…
Alors que le systeme capitaliste a démontré ses limites et sa nature intrinsèquement criminelle il y a encore des dégénérés pour défendre un tel système…
Un système qui a appauvrit des millions de travailleurs dans le monde, un système qui a ruiné nos systèmes de protection sociale, un système qui a fait le choix du déclin de la démocratie et des libertés pour assouvir sa soif intarissable de profit à n’importe quel prix fusse au prix de la vie humaine…
Que ces idiots se rassurent les patrons Américains pourront encore s’offrir de superbes vacances à bord de bateaux de luxe avec 500 000 dollars/an, ils pourront même continuer d’aller faire des emplettes Place Vendôme.
500 000 dollars ça ne représente que 10 ans du salaire d’un cadre alors pas de soucis pour ces pauvres patrons riches, que les bulldogs du grand capital retournent à leurs niches les riches ne sont pas encore menacés, enfin pas pour le moment…
Bravo à Obama qui montre l’exemple aux tarés qui nous dirigent et qui n’ont même pas osé imposer une seule condition aux banquiers qui viennent d’être renfloués avec l’argent du contribuable, honte à ces bons à rien et vive la Révolution !

La vie d’un truc…

sos_button

Brosse à dents en plastique, rasoir jetable, jeans slim à la mode, préservatif, CPU intel (c), revue porno, couche culotte jetable, cassette pour apprendre l’Hebreux en 10 mn, machin qui désodorise les toilettes, souvenir avec un coquillage collé sur une carte postale de merde….
Des « trucs » j’en ai plein à la maison, vous aussi ?
Des « trucs » on en a des tonnes, nous sommes envahis par les « trucs », nous travaillons pour avoir des « trucs », nous souffrons pour accumuler des « trucs », nous polluons pour fabriquer des « trucs » et nous mourrons parfois pour ces « trucs »…

Regardez l’excellent film d’Annie Leonard « The story of stuff » en version sous titrée (plus bas) ou alors en cliquant sur cette bannière :200x57_sos_bannerhorzsm1

Ce film est génial et je vous encourage vraiment à le montrer à vos amis car il aide à comprendre la relation qu’il y a entre notre mode de vie basé sur un consommation effrénée et la destruction des écosystèmes de cette planète.
Un exposé remarquable d’intelligence qui devrait être diffusé dans toutes les écoles.
Le film dure une 20aine de mn.

 
icon for podpress  la vie d'un truc: Play Now | Play in Popup

Génération bling bling, les beaufs se déchainent.

Après la génération mittérand (la génération chômage/RMI) au tour de la génération bling bling de se faire sa place, une place au soleil, c’est un peu la génération des gosses de riches décomplexés qui se la pètent.

Accessoire incontournable du superbogosse bling bling, la montre à 6 000 euros, un minimum pour un superbogosse bling bling, on mentionnera aussi les lunettes bling bling et la chemise bling bling à porter sur un corps de rêve bling bling avec les initiales bling bling brodées.

Les soirées entre gosses de riches sont très importantes pour tisser des liens entre riches et dépenser l’argent péniblement gagné à la sueur du front des ouvriers de papa.
Il faut bien que l’argent serve à quelque chose, autant qu’il servent aux superbogosses bling bling !

Autre point commun des superbogosse bling bling, ils adorent leur saint patron nicolas sarkozy, notre cher président bien aimé, premier président bling bling.
Une icône pour ces djeuns des quartiers chics en mal de repères.
La génération bling bling éternellement reconnaissante au père spirituel du bling bling.

J’ai découvert un spécimen de cette génération, un sujet d’étude de la génération bling bling.
Regardez, ça vaut son pesant de rolex.
Je m’excuse par avance de vous infliger ce spectacle désopilant (désolant ?), je sais ça ne remonte pas le niveau de mon blog mais attention vous risquez d’en entendre parler car le pouvoir est au main des bling bling alors regardez et préparez vous à courber l’échine.

 
icon for podpress  Flash Video: Play Now | Play in Popup

 
icon for podpress  Flash Video: Play Now | Play in Popup

Profession de foi du superbogosse bling bling :

J’aime pas les Moches .

C’est tellement simple d’être beau .

Je sais ce que je vaut. Le seul défaut que vous pourriez me trouver, c’est mon manque de modestie. Je ne suis pas modeste, car même si je l’étais, les gens diraient que je me la pète simplement par jalousie. J’affiche donc ma beaugossitude et mon esprit de vainqueur, car je compte réussir ma vie, au détriment de la votre. Que les choses soient claires: Je ne compte pas me faire tout petit et m’écraser pour vos beaux yeux. J’impose mon point de vue, j’exige être connu et je veux que tu te la fermes. C’est sûr que si j’étais moche et con, je serai aussi anonyme et classique que n’importe quel branleur de skyrock, mais j’assume ma peopolisation sans complexes. Poursuivre la lecture de «Génération bling bling, les beaufs se déchainent.»

Citation de Ricardo Flores Magón, à méditer.


Ricardo Flores Magon (1873-1922) fut l’un des principaux théoriciens de la Révolution mexicaine. Responsable du journal Regeneración, il incarne la tendance radicale, anarchiste et poétique des mouvements qui combattaient pour la terre et la liberté (Tierra y Libertad). Le mouvement zapatiste contemporain de Marcos et la toute récente Commune de Oaxaca (2006) doivent beaucoup à cette pensée
allégorique.

Le mendiant et le voleur
« L’honnêteté ne vit pas à genoux, prête à ronger l’os que l’on daigne lui jeter. Elle est fière par excellence. Je ne sais si je suis honnête ou non, mais je dois t’avouer qu’il m’est insupportable de supplier les riches de m’accorder, au nom de Dieu les miettes de tout ce qu’ils nous ont volé. Je viole la loi ? C’est vrai, mais elle n’a rien à voir avec la justice. En violant les lois promulguées par la bourgeoisie, je ne fais que rétablir la justice bafouée par les riches, qui volent les pauvres au nom de la loi. »

Précarisé, appauvri, terrorisé, méprisé, humilié.

Qui ? qui ?
Vous, moi, nous.
C’est le bilan que je tire de l’évolution des choses depuis une 20aine d’années.

Précarisés nous le somme par un système économique absurde qui a non seulement renoncé à servir les intérêts de la population humaine en faisant du marché le centre de gravité du système et les détenteurs du capital les principaux bénéficiaires de cette logique folle mais aussi en détruisant durablement les éléments constitutifs de toute société civilisée comme les solidarités, la confiance dans l’avenir, le développement personnel…

Appauvris nous le sommes depuis 20 ans, nous travaillons de plus en plus pour en avoir de moins en moins dans la poche, nos vies sont rythmées par le monde du travail, toujours plus brutal et plus exigeant et la consommation effrénée de biens pour la plupart inutiles en guise de palliatif, nous cédons des pans entiers de nos existences à la logique économique et nous oublions l’essentiel : nos proches, nos amis, notre vie intime, la culture, la spiritualité et la lutte pour une autre façon d’exister.
Il s’agit là du plus grave, de la plus insidieuse menace pour notre liberté, je parle de l’appauvrissement mental, celui qui fait des nous des producteurs machinal et des consommateurs compulsifs.
Cette énergie précieuse, celle qui fait de nous des hommes, des femmes, est littéralement pompée par la logique économique, en témoigne les politiques menées depuis 10 ans en faveur de la logique économique, toujours au dépend de la vie intime des individus et de leur qualité de vie.
C’est un véritable viol de nos consciences dont il s’agit.

Terrorisés nous le somme par la fausse violence affichée des médias, les « terroristes » nous menaceraient sois disant… combien ont ils fait de mort au juste ces 10 dernières années en comparaison des destruction insensées produite par les armées de la liberté et du bien aux quatre coins de la planète ?

Terrorisés nous le somme en fait par la peur de perdre le peu que nous avons, la peur de perdre l’emploi qui nous permet de survivre, la peur d’être radiés du chômage, la peur de se voir refuser le RMI par une décision administrative absurde, la peur d’être mis à la porte de son logement et de se retrouver sdf… et la peur des fin de mois, interminables souffrance, inutile et atroce.
Cette peur là ils nous l’ont mis dans nos têtes, ils ont fait de nos vies une enfer pour leur plus grand bonheur, celui des riches, des possédants, jamais rassasiés, jamais comblés.

Méprisés nous le somme par cette police omnipotente, autoritaire qui sert les intérêts des possédants, comme d’habitude…
Méprisés par cette classe de politocard qui ont oublié qu’ils étaient à notre service et par ces cohortes la larbins médiatiques, dociles au service des mêmes, encore et toujours eux…

Humiliés, enfin ! le taser, le scanner qui dévoile notre intimité au regard inquisiteur des flics, les caméras qui nous épient et nous ravalent au rang de criminels potentiels.
Tout cela est la marque de notre servitude présente et future.
La suite ? le toucher rectal avant la montée dans l’avion ? la code barre tatoué sur la nuque ? la puce implantée sous la peau ?

Je ne sais mais je suis sûr d’une chose : la liberté est chèrement acquise et elle doit être jalousement défendue, ceux qui l’oublient redeviendront les esclaves qu’ils ont été.

Il est temps, grand temps de se révolter et de dire STOP, vous ne passerez pas avec votre idéologie d’extrême droite car nous n’avons pas peur et nous avons décidé souverainement que nous étions libre !

Le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière !

J’ai reçu cette saloperie dans ma boite au lettre électronique, cette merde de spam qui a échappé par miracle à la vigilance de mon logiciel anti-spam.
D’habitude c’est poubelle, je prends même pas la peine de lire ce genre de conneries, à quoi bon j’ai pas d’argent à placer sur un compte offshore, j’ai pas besoin de viagra, je ne crois pas à la voyance et je ne cherche pas à aider à ami Africain qui cherche à se délester de quelques millions d’euros en ma faveur mais j’ai fait une exception, j’avais du temps à perdre…
La lecture de ce spam m’apprend qu’il est possible d’entuber le fisc en toute légalité grâce aux lois de nos amis De Robien et Borloo qui ont pensé à tout pour aider nos amis les riches à ne pas payer leur contribution au bon fonctionnement de la société en echappant à l’odieuse tyrannie du fisc Français…
Si vous payez plus de 3500 euros il serait possible de devenir propriétaire d’un bien immobilier sans apport personnel, de louer ce bien sans payer le moindre centime d’impôt pendant 9 ans ! de payer le crédit grâce aux nombreuses réduction d’impôt octroyées etc etc.
Et on ose nous expliquer que ce pays est un enfer pour les riches ?
Je crois que nos amis les riches peuvent remercier chaleureusement messieurs Borloo et De Robien pour leur infatiguable lutte en faveur des privilégiés de ce pays communiste.
Alors quoi ! on aide bien les pauvres mais on ne pense jamais aux riches !!!
Les pauvres geignards n’imaginent pas les soucis quotidiens des riches : quelle voiture choisir pour conduire les enfants au cours de cricket ? Faut-il accorder son dimanche à la gouvernante philippine depuis qu’on lui a confisqué son passeport ?
Les pauvres osent accuser les riches d’égoïsme mais sans eux le trou de la Sécu s’élèverait à 100 milliards au lieu de 10 milliards seulement alors qu’ils ne viennent pas pleurer ces fainéants et qu’ils aillent trimer à l’usine pour gagner plus, y’a des déficits à payer, qu’ils n’oublient pas les déficits…